À voir le vendredi 16 août - Petit chapitre du Grand Dérangement

Dans l’esprit de bien des Québécois (et probablement de bien d’autres Canadiens aussi...), le Grand Dérangement se résume à la déportation des Acadiens hors des terres qu’ils occupaient dans les territoires conquis par les Anglais à la suite du traité d’Utrecht en 1755. 

Il s’agit pourtant d’une période noire qui s’étend sur une trentaine d’années, voire près de 70 ans, selon certains historiens. En fait, on connaît généralement bien peu cet épisode trouble et troublant de l’histoire de l’Amérique française, cette «grande noirceur» coloniale qui avait pour but de se débarrasser de ces sujets réfractaires aux exigences de l’occupant britannique.

Les Acadiens n’ont pas accepté leur sort sans mot dire. Ceux qui ont tenté de résister se sont bien souvent fait déporter quand même, certains ont fui vers ce qu’il restait de la Nouvelle-France ou ailleurs, tandis que d’autres ont été emprisonnés et ont ainsi évité la déportation, mais pas l’expropriation de leurs terres...

Radio-Canada souligne la fête des Acadiens en diffusant un drôle d’objet télévisuel qui relate un épisode de résistance de ce Grand Dérangement. Présenté dans un communiqué comme un «documentaire», Délivrance est en fait une reconstitution historique de l’évasion en 1756 d’un groupe d’une vingtaine de mutins du fort Beauséjour (près d’Aulac, à la frontière du Nouveau-Brunswick et de la Nouvelle-Écosse actuels) par un tunnel qu’ils ont réussi à creuser grâce à des outils de fortune refilés par leurs épouses qui venaient les ravitailler en nourriture.

Cette dramatisation pas très bien mise en contexte par le réalisateur et acteur principal Dan Thebeau, et visiblement produite avec des moyens très modestes (voire amateurs...), a toutefois le grand mérite de rapporter assez fidèlement cette fuite symbolique et bien réelle menée par un résistant tout aussi authentique, Pierre II Surette, et de mentionner pas très subtilement le rôle qu’ont pu jouer les Indiens micmacs et des sympathisants anglais dans cet effort pour éviter la déportation. Prenons-la pour une invitation à creuser le sujet...

À voir en vidéo