À voir le samedi 6 juillet - Kathleen la grande

Cinépop présente en soirée deux films mettant en vedette Kathleen Turner: La guerre des Rose et La fièvre au corps. Immensément populaire au cours des années 1980 grâce à des succès comme À la poursuite du diamant vert et Peggy Sue s’est mariée, elle est pourtant tombée dans l’oubli la décennie suivante.


La guerre des Rose explore trois périodes dans la vie d’Oliver et Barbara Rose: leur première rencontre, l’arrivée de leurs enfants jumelée à leur réussite sociale et, enfin,

leur divorce. Retranchés dans leurs quartiers respectifs, les époux chicaniers passent le dernier acte à se disputer la luxueuse demeure qu’il a payée, mais qu’elle a trouvée, restaurée et fait revivre. Humour noir? C’est un doux euphémisme.


Campé en Floride pendant une période de canicule, La fièvre au corps relate la liaison torride entre un avocat tâcheron et la jeune épouse sibylline d’un riche entrepreneur plus âgé qu’elle. Combien de temps avant que madame déclare en avoir marre de son monsieur et que l’amant propose de supprimer le cocu avant de réaliser qu’il s’est fait rouler dans la farine?


Sorti en 1981, ce film noir s’inspirant beaucoup d’Assurance sur la mort marqua les premiers pas de Kathleen Turner au grand écran. Elle montra tellement de talent et de tempérament que sa carrière fut aussitôt lancée. Puis vinrent la quarantaine et, surtout, un diagnostic de polyarthrite rhumatoïde, maladie extrêmement douloureuse entraînant une prise de poids. À Hollywood la superficielle, il s’agit de deux péchés mortels.


Dans La guerre des Rose et La fièvre au corps, on retrouve la star au sommet de son art et de sa beauté.

À voir en vidéo