À voir le vendredi 14 juin - Digne d’une bande dessinée de marvel... ou presque

Avec un titre pareil, on peut rêver et s’imaginer que le papa des Hulk, Spider-Man, Daredevil et autres X-Men nous emmène dans les dédales créatifs de héros tout neufs. Malheureusement, Stan Lee fait plutôt figure d’appât pour un produit télévisuel qui fait souvent penser à certaines séries de phénomènes «extrêmes» présentés sur d’autres chaînes visant un public masculin. Le scénariste et éditeur célèbre se contente de jouer au présentateur d’une série de reportages tournés un peu partout dans le monde, dans lesquels son «émissaire», le contorsionniste Daniel Browning Smith, rencontre des personnes qui seraient dotées de capacités surhumaines. Voilà pour la déception.


Fort heureusement, pour ce genre télévisuel qui flirte habituellement avec le «freak show», Stan Lee et les super-humains est une production au-dessus de la mêlée, qui dépasse largement le côté spectaculaire des dons exceptionnels des «super-humains» présentés. Ces derniers sont mis à l’épreuve par des scientifiques qui tentent de trouver des explications logiques à ces superpouvoirs. La plupart du temps, la science n’arrive pas à expliquer les origines de ces talents hors du commun mais bien réels, mais au moins on ne navigue pas dans un certain obscurantisme magique...


Cet aspect rachète le côté tape-à-l’oeil de la production et explique sans doute pourquoi elle est présentée à la chaîne spécialisée scientifique de Radio-Canada.


Le premier épisode donne le ton: on y rencontre un Indien capable de supporter des décharges électriques habituellement fatales, un homme capable d’effectuer des calculs simples mais fastidieux plus rapidement qu’une calculatrice, un aveugle capable de s’orienter dans l’espace comme s’il avait une vue parfaite et un Hercule ne payant pas de mine qui peut plier les plus robustes outils.


Si le chapeau (ou le masque de superhéros) vous fait...

À voir en vidéo