À voir le mercredi 12 juin - L’année de tous les dangers

Après une première année mouvementée pour la nouvelle agence des Draper, Sterling, Cooper, Campbell et compagnie, les fous de la pub nous reviennent en version française (tout à fait correcte, même si elle perd un peu de la profondeur des dialogues) dans cette cinquième saison.


Une saison qui sera celle de tous les dangers pour bien des personnages-clés de cette formidable ménagerie, coincée dans de trop petits bureaux, à l’image du carcan social qui enserre toujours cette société américaine en mutation de moins en moins tranquille.


Nous les retrouvons aux premières lueurs de l’été 1966, qui laisse poindre les effluves de patchouli, d’herbes magiques sur fond de contestation de l’ordre social et politique vacillant. Dans toute cette instabilité ambiante, le personnage central, Don Draper, est celui pour qui tout baigne, du moins en apparence. Son mariage subit et encore tout neuf avec sa jeune collègue d’origine canadienne-française, Megan Calvet, lui a redonné l’assurance qui lui avait fait défaut pendant son année de célibat. La fidélité lui va comme un gant, mais pour combien de temps?


La vie n’est pas aussi rose pour ses collègues, tout particulièrement les messieurs, qui traverseront des crises personnelles difficiles, voire impossibles à surmonter. Les dames n’auront pas les choses beaucoup plus faciles, mais elles sauront tirer avantage des embûches pour prendre du galon, gagner leur indépendance et même se défaire de certaines dépendances. Restons dans le flou pour ne pas gâcher le plaisir...


Le premier épisode, un double programme que Télé-Québec présente malheureusement en deux parties, met la table pour cette année de transition, alors que l’on assiste à la fête d’anniversaire de Don Draper, visiblement mal à l’aise qu’on le «célèbre» de la sorte. Un épisode qui a beaucoup fait jaser pour l’interprétation coquine de la chanson Zou bisou bisou par Jessica Paré en nouvelle épouse émancipée et moderne. De quoi l’avoir dans la tête toute la semaine.

LE COURRIER DES ÉCRANS

Le meilleur et le pire des écrans, petits et grands, vus par nos journalistes cette semaine. Inscrivez-vous, c'est gratuit.


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel. Les envois débuteront le 5 septembre 2019.