À voir le lundi 22 avril - Changer de vie

Le modèle de la téléréalité semble déclinable à l’infini. Depuis que Loft Story a frappé ailleurs comme ici, au début de la dernière décennie, la formule a continué à jouer la carte de la séduction (Occupation double, ça vous dit quelque chose?) tout en explosant vers des thèmes très variés, de la cuisine à la musique, de l’éducation des enfants à la décoration intérieure.


La téléréalité sait aussi s’éloigner des tendances trash, glamour et bling-bling. Elle propose alors des expériences plus concrètes, on pourrait dire plus réelles. C’est le cas avec L’amour est dans le pré, qui cherche à marier de beaux fermiers ou de belles fermières. La sympathique émission vient de terminer sa deuxième saison québécoise à V.


Oser une autre vie appartient à cette sous-catégorie, disons, des gentilles téléréalités de service. Pas de m’as-tu-vu analphabètes. Pas de jacuzzi. Pas de controverse. Dans ce cas, le canevas met en scène des gens qui rêvent de changer de vie professionnelle.


L’émission place les candidats dans le contexte de leur job de rêve. À la première mouture, un couple de jeunes techniciens en cinéma se retrouve dans une ferme de production de fromage de chèvre. À la deuxième, une infirmière s’essaie à l’organisation des mariages. Au troisième coup, une formatrice de Bell tâte de la conciergerie privée.


La comédienne-animatrice Chantal Fontaine mène le jeu de rôles. Elle accompagne les candidats, sert de truchement auprès des mentors, pose les questions pour les bilans.


Et alors? Pourquoi pas? L’exercice sympathique, bon enfant, un brin naïf même, a au moins le mérite de rappeler qu’on peut forcer le destin, y compris à un âge assez avancé. D’ailleurs, les deux premiers guides (les fermiers et la préposée au mariage) ont eux-mêmes réorienté leurs carrières.


Finalement, le seul véritable problème de cette émission est moins le contenu que le contenant, moins la matière diffusée que le diffuseur. Pourquoi là? Pourquoi à Radio-Canada au lieu de Canal Vie ou de V, où cette production serait bien plus à l’aise dans la grille et sans controverse?