À voir le dimanche 21 avril - Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur Woody Allen...

Quiconque a aimé ou aime encore le cinéma de Woody Allen voudra voir le formidable documentaire que lui a consacré Robert W. Weide et la chaîne PBS. Malgré les 195 minutes du film (première partie ce soir et suite dimanche prochain), disons qu’on apprend peu ou prou de «tout ce qu’on a toujours voulu savoir sur Woody Allen», pour paraphraser l’un des premiers succès cinématographiques du cinéaste, comédien, musicien et ancien stand-up, qui ouvre toutes grandes les portes de son univers créatif et, dans une moindre mesure, personnel.


Oui, car on le sait, il y a un éléphant au milieu de la pièce: Soon-Yi, la fille de son ex-compagne Mia Farrow, que Woody Allen a vue grandir et qu’il a épousée à l’issue du scandale que l’on sait.


À l’instar de plusieurs admirateurs du cinéaste, le documentariste n’a pas trop envie de parler de cela. De tout le reste, mais pas de cela, alors que, comme le suggérait The Guardian, le cinéma de Woody Allen n’a plus jamais atteint les mêmes sommets par la suite, succès de box-office ou pas.


Sachant cela, sachant que cette question ne sera abordée que du bout des lèvres, parlons du reste, au demeurant fort copieux. La plupart des collabo-rateurs de la première heure sont au rendez-vous, dont la comédienne Louise Lasser ainsi que la soeur de Woody Allen, une présence avisée. Grâce à la magie des archives, leur mère propose de son côté quelques confidences éclairantes. Plus tard, on met des visages sur les collaborateurs réguliers des génériques de Woody Allen, comme ses producteurs Jack Rollins et Charles Joffe.


On revoit le Brooklyn d’hier à la lumière de photos d’époque et d’extraits de films, dont le merveilleux Radio Days. Allen nous présente même la machine à écrire sur laquelle il a tout écrit, sans exception. Les souvenirs fusent, les blagues aussi. On rit beaucoup, on se souvient, on apprend. Et on a envie de revoir ses premiers films, histoire d’y déceler les passages autobiographiques que suggère ce documentaire essentiel.