À voir le lundi 15 avril - Vous voulez rire...

Ça rit beaucoup et tout le temps dans les médias. Dans tous les médias: à la télé, à la radio. En se forçant un peu, on entend aussi glousser ferme dans les médias sociaux. L’ère est à la rigolade, même si, franchement, il n’y a pas de quoi la trouver drôle, à moins de rire jaune, ou noir.


La télé matinale concentre cette habitude au pur sucre. Les tables rondes rigolent sur tout et sur rien comme si la bonne humeur devait devenir contagieuse. Le duo d’amis Joël Legendre et Élise Marquis a encore gonflé le cliché dans le magazine quotidien Alors on jase! que présentait Radio-Canada cet hiver.


Le témoin plaisantin passe maintenant chez Marie-Josée Taillefer et Marc Hervieux, qui rigolent tellement dans la pub promotionnelle de leur nouvelle émission Cap sur l’été qu’on ne pourra encore une fois rien attendre d’autre. Le printemps, l’été, c’est fait pour se bidonner en légèreté, bien entendu. Le communiqué de Radio-Canada de la production Cap sur l’été rappelle d’ailleurs qu’«on adore la bonne humeur contagieuse, la curiosité et l’authenticité» du couple d’animateurs. On annonce aussi une «ambiance conviviale» pour discuter de «plaisirs gustatifs, idées de sorties et d’escapades, suggestions de lectures et d’activités, saveurs du monde, mode estivale, produits et petits trésors régionaux, clins d’oeil historiques, horticulture, plein air, incursions dans la vie des communautés culturelles».


L’émission de ce soir casse la glace en recevant l’animateur rigolard Patrice L’Écuyer et le chef rigolo Daniel Vézina. L’équipe de joyeux collaborateurs de l’été comprend Isabelle Lacasse (culture), Patrick Masbourian (les travers de l’été), François Chartier (saveurs et papilles) et même Francis Legault, qui causera pique-niques dans les parcs, et Pierre-Luc Cloutier, pour expliquer comment passer un été formidable à peu de frais.


Comme l’a révélé La Presse, la programmation comprendra aussi des publireportages déguisés vendus 5000 $ pièce aux PME (un restaurant, un parc d’attractions, etc.). Radio-Canada se tourne à son tour vers les «contenus commandités» comme nouvelles sources de revenus. Mais ça, c’est un sujet plus sérieux, évidemment…

À voir en vidéo