Jean-François Lépine quitte Radio-Canada après plus de 40 ans de service

L’émission d’affaires publiques consacrée à l’information internationale Une heure sur terre, animée par Jean-François Lépine, ne reviendra pas sur les ondes de Radio-Canada.
Photo: Jean Bernier Radio-Canada L’émission d’affaires publiques consacrée à l’information internationale Une heure sur terre, animée par Jean-François Lépine, ne reviendra pas sur les ondes de Radio-Canada.

L’animateur et journaliste Jean-François Lépine quitte Radio-Canada après plus de 40 ans à la télévision publique, disant vouloir se consacrer à d’autres projets à l’international. Il a laissé entendre que les compressions des dernières années ont pesé dans la balance.

M. Lépine conserve un « lien contractuel » avec Radio-Canada pour commenter l’actualité.


Son émission d’affaires publiques consacrée à l’information internationale Une heure sur terre ne reviendra pas en ondes et sera remplacée par une nouvelle émission hebdomadaire animée par Anne-Marie Dussault, dont les contours restent à déterminer.


« En six ans en ondes, on n’a jamais eu la vie facile, dans la mesure où faire de l’international coûte cher. On vit dans un monde de compressions, et la raison du départ d’Une heure sur terre, c’est principalement ça », a expliqué M. Lépine, qui avait notamment animé précédemment Enjeux et Zone libre.


Mme Dussault restera à la barre de l’émission quotidienne d’actualités 24 heures en 60 minutes.


Des ressources d’Une heure sur terre seront redéployées à l’émission Enquête et au Téléjournal.


Radio-Canada en a fait l’annonce mercredi, en conférence téléphonique, en mettant en avant un « repositionnement de l’information internationale ». Le réseau public a parlé d’une approche « plus flexible », misant sur la dimension multiplateforme.


Radio-Canada a dit créer un poste de « correspondant multiplateforme » au Moyen-Orient, alors que la correspondante radio Ginette Lamarche rentre au pays.


Le réseau a aussi dit ouvrir un « micro bureau » journalistique - d’une seule personne et axé sur le numérique - à Rio de Janeiro, au Brésil, en fonction des prochaines éditions de la Coupe du monde de soccer et des Jeux olympiques d’été, et de l’élection d’un pape issu du continent.

 

Privilégier la mobilité


La société a dit vouloir privilégier la mobilité de ses envoyés spéciaux, qui pourront se trouver « où et quand l’actualité l’exige ».


Les chefs d’antenne, et en particulier Céline Galipeau, seraient plus souvent à l’extérieur du pays, et plus de journalistes seraient « sur le terrain » de façon ponctuelle. « Cela fait partie de notre volonté d’être plus agiles aussi dans notre couverture, a soutenu le directeur général de l’information, Michel Cormier. Nous voulons envoyer plus d’envoyés spéciaux de façon plus ponctuelle à partir de Montréal. »


Aussi, les trois correspondants basés à Montréal qui s’occupaient de l’Amérique latine, du Moyen-Orient et de l’Afrique - Jean-Michel Prince, Luc Chartrand et Sophie Langlois - seront appelés « aussi à couvrir des sujets du Québec et du Canada », a mentionné M. Cormier. « Nous voulons jumeler les grands journalistes de la boîte aux grands sujets », a-t-il fait valoir.


Jean-François Lépine, qui est notamment président de l’Observatoire sur le Moyen-Orient et l’Afrique du Nord (OMAN) de la Chaire Raoul-Dandurand de l’Université du Québec, a décidé de mettre un terme à sa carrière de journaliste et d’animateur à Radio-Canada pour « continuer sa carrière ailleurs ».


« J’en avais fait état [à Radio-Canada] depuis un an, a indiqué M. Lépine. Mon but premier est de continuer à collaborer au développement international du Québec et du Canada, des entreprises et des organisations. C’est un projet que je suis en train de mettre sur pied. Les grandes lignes sont là. »


La nouvelle émission hebdomadaire animée par Anne-Marie Dussault abordera des sujets « qui touchent le public et l’incitent à s’exprimer », comme « les conséquences des politiques d’austérité budgétaire ici et ailleurs ou l’adoption internationale ».


Anne-Marie Dussault 360 - il s’agit d’un titre provisoire - tentera d’éclairer ces enjeux chaque semaine par des reportages, entrevues ou forums.

5 commentaires
  • Pierre Grandchamp - Abonné 28 mars 2013 06 h 56

    Lourde perte

    "Une heure sur terre" était une excellente et sérieuse émission d'information.

    Pour ma part, j'estime que Radio Canada manque d'émissions d'information sérieuses et solides notamment au plan politique.

    Quand c'est rendu qu'il faut passer à "Tout le monde en parle" pour connaître un personnage, c'est pas fort.

  • François Dugal - Inscrit 28 mars 2013 08 h 11

    40 ans

    40 ans, c'est long.

    • Pierre Deschenes - Inscrit 28 mars 2013 09 h 36

      Ça peut être riche aussi.

  • Monique Girard - Abonnée 28 mars 2013 13 h 32

    Des sujets qui touchent le public!

    Je ne suis pas rassurée en lisant que Mme Dussault, dans sa nouvelle émission, abordera des sujets qui touchent le public et l'incitent à s'exprimer. Est-ce que des sujets comme le Mali, la Côte d'Ivoire, le Tibet etc. vont toucher assez le public pour qu'elle en parle?? Comment va-t-elle savoir que cela touche le public? Si le public ne s'exprime pas suffisamment sur Twitter ou sur Internet, est-ce à dire que l'on n'en parlera pas? Maintenant, on veut savoir ce que le voisin ou la voisine, la personne qui passe sur le trottoir devant la SRC ou qui a un compte twitter ou Facebook pense...C'est vrai que cela coûte moins cher qu'un correspondant à l'étranger. Monsieur Michel Cormier, directeur de l'Information à la SRC, qui nous a pendant des années, très professionnellement informé de ce qui se passait en Russie et en Chine lorsqu'il y était correspondant, essaie maintenant de nous convaincre que cela n'est plus nécessaire. On doit vivre une perte d'expertise sur le plan international. Heureusement qu'il y a encore la BBC et TV5 sur qui on peut compter pour avoir un portrait des événements à l'étranger....profitons-en jusqu'à ce qu'ils choississent, eux aussi, le voisin ou la voisine!

  • Raymond Lutz - Inscrit 28 mars 2013 17 h 21

    Nettoyage par le vide

    Les pouvoirs établis n'aiment pas que le peuple réfléchisse...

    Également en France, les animateurs qui traitent d'autre chose que des "sujets qui touchent le public" se voient menacés d'évincement...

    En ce moment la cible est Frédéric Taddeï et son émission "Ce Soir Ou Jamais" à la quelle on reproche de ne faire que du 7% d'audimat...

    http://www.youtube.com/watch?v=AGCfUKGERpE

    J'aime bien quand une des panelistes (supportant Taddeï et les émissions 'à contenu') s'exclame "Alors quoi? Faut-il de nos jours à la télé pour réussir ne montrer que des nains cracheurs de feux qui se sodomisent?"

    8-)

    Du pain et des jeux du cirque...