Jean-François Lépine quitte Radio-Canada

L’animateur et journaliste Jean-François Lépine quitte Radio-Canada après plus de 40 ans à la télévision publique.
Photo: Jean Bernier Radio-Canada L’animateur et journaliste Jean-François Lépine quitte Radio-Canada après plus de 40 ans à la télévision publique.

L’animateur et journaliste Jean-François Lépine quitte Radio-Canada après plus de 40 ans à la télévision publique, disant vouloir se consacrer à d’autres projets à l’international. Il a laissé entendre que les compressions des dernières années ont pesé dans la balance.

Son émission d’affaires publiques axée sur l’international «Une heure sur terre» ne reviendra pas en ondes, et sera remplacée par une nouvelle émission animée par Anne-Marie Dussault, dont les contours restent à déterminer.
 
Mme Dussault restera à la barre de la quotidienne d’actualités «24 heures en 60 minutes».
 
Des ressources d'«Une heure sur terre» seront redéployées à l’émission «Enquête» et au «Téléjournal».
 
Radio-Canada en a fait l’annonce mercredi, en conférence téléphonique, en mettant de l’avant un «repositionnement de l’information internationale».
 
Flexibilité

Le réseau public a parlé d’une approche «plus flexible», misant sur la dimension multiplateforme.
 
Radio-Canada a dit créer un poste de «correspondant multiplateforme» au Moyen-Orient, et ouvrir un «microbureau» journalistique à Rio de Janeiro au Brésil — en fonction des prochaines éditions de la Coupe du monde de soccer et des Jeux olympiques d’été, et de l’élection d’un pape issu du continent.
 
La société a dit vouloir privilégier la mobilité de ses envoyés spéciaux qui pourront se trouver «où et quand l’actualité l’exige».
 
Les chefs d’antenne, et en particulier Céline Galipeau, seraient plus souvent à l’extérieur du pays, et plus de journalistes seraient «sur le terrain» de façon ponctuelle.
 
Jean-François Lépine, qui est notamment président de l’Observatoire sur le Moyen-Orient et l’Afrique du Nord (OMAN) de la Chaire Raoul-Dandurand de l’Université du Québec, a décidé de mettre un terme à sa carrière de journaliste et d’animateur à Radio-Canada pour se consacrer à de nouveaux projets à l’international.
7 commentaires
  • Jean-Marie Francoeur - Inscrit 27 mars 2013 12 h 31

    Encore plus locale

    Déjà que la SRC est anémique du côté de l'international, comme s'il n'existait pas, qu'on voit rarement aux nouvelles, si ce n'est pas un désastre, une catastrophe ou un scandale. C'est petit et limité. Un heure sur terre est une émission de grande qualité qui palie aux lacunes de sa programmation trop locale. Dommage, pour une fois qu'on avait une heure de grande télévision. Le prétexte budgétaire est franchement très mince quand on voit tant d'argent gaspilé pour des niaiseries populistes et bornées.

  • Carroll Roy - Inscrit 27 mars 2013 14 h 51

    Vraiment dommage...

    On ne retrouve pas une telle émission, d'une qualité exceptionnelle, chez TVA ou V.
    On semble oublier l'une des missions de Radio-Canada, soit le côté international ...

  • Roland Vuillaume - Inscrit 27 mars 2013 14 h 55

    D'autres pubs je suppose!

    Pour une fois que les amateurs de bonnes émissions, bien documentées et intéressantes, avaient une émission de valeur. Radio Canada a décidé que c’était terminé. Vive la pub a outrance… Je me fais installer une coupole satellite… Je pourrai ainsi regardé ce que je veux à travers le Monde!!!

  • Louka Paradis - Inscrit 27 mars 2013 19 h 00

    Quel manque de vision !

    Un journaliste d'un tel professionnalisme, une émission si intéressante et ouverte sur le monde et qui, de plus, s'adresse à l'intelligence des auditeurs pour une rare fois : quelle perte ! Est-ce que ça dérange des gens en haut lieu ou à Ottawa que le public soit bien informé et de manière objective et vivante tout à la fois ? Non merci pour plus d'Anne-Marie Dussault : elle ne souffre pas la comparaison du point de vue de la rigueur intellectuelle et de la clarté de ses interventions : elle pose 3-4 questions à la fois à ses invités, après un préambule interminable pour dire aux téléspectateurs quoi penser, et en plus, elle interrompt constamment ceux qui divergent d'opinion ou d'allégeance avec elle. Vraiment, si le budget oblige à choisir, c'est Jean-François Lépine qui devrait rester en ondes. Sinon, encore des spectateurs qui fuiront Radio-Canada... déjà que la quantité de pub et d'autopromotion confine à l'écoeurement.
    Louka Paradis, Gatineau

  • Jos Joseph - Inscrit 27 mars 2013 19 h 27

    Lire l'autre article sur la SRC qui veut changer de nom: c'est là que l'argent est ''investi''...