À voir le samedi 23 février - Le pétrole de la discorde

Dimanche 17 février, plus de 50 000 citoyens américains ont manifesté à Washington pour réclamer du président Barack Obama qu’il rejette le projet de construction de l’oléoduc Keystone XL, qui doit permettre d’acheminer du pétrole des sables bitumineux albertains jusqu’aux raffineries du Texas. Un choix difficile à faire pour le président démocrate, alors que son pays a cruellement besoin des emplois qui seraient associés à la phase de construction.


Pour les manifestants, il ne fait aucun doute que l’exploitation des immenses réserves pétrolières canadiennes est une véritable bombe climatique. Et ils ne sont pas les seuls, puisque de nombreux scientifiques sonnent l’alarme depuis plusieurs années. Leurs inquiétudes sont d’autant plus grandes que les BP, Shell, Exxon et Total, toutes actives dans l’Ouest canadien, ambitionnent de doubler la production de sables bitumineux d’ici la fin de la décennie. Celle-ci devrait ainsi passer à 3,5 millions de barils par jour en 2020. Avec la croissance constante du nombre de projets, il est prévu qu’elle soit multipliée par quatre d’ici 20 ans. Les défenseurs de cette industrie soutiennent pour leur part que le pétrole est au coeur même de l’économie du pays. Au point où l’arrêt de la production risquerait de provoquer une grave crise. Ils font aussi valoir que les règles entourant l’exploitation de l’or noir sont très strictes, malgré ce qu’en pensent les scientifiques et les écologistes. Reste que cette industrie n’est soumise à aucune contrainte en ce qui a trait à ses émissions de gaz à effet de serre. Il faut dire que le gouvernement Harper ne manque pas de rappeler qu’il appuie sans réserve le développement de ce qui est, en définitive, le plus gros projet industriel de la planète.


Sans verser dans la démagogie d’un côté ou de l’autre, le documentaire Sables bitumineux: le point tournant, présenté ce soir à Explora, est surtout l’occasion de réfléchir aux décisions qui sont prises en matière de développement énergétique au Canada. La chose apparaît d’autant plus pertinente qu’au moins deux projets de transport de pétrole albertain jusqu’au Québec sont désormais sur la table. Avec toute la controverse que cela implique.

À voir en vidéo