À voir le mercredi 20 février - Les jeux de l’amour et du hasard

Anne Elliot et Frederick Wenworth se sont jadis promis l’un à l’autre. Or, à la suite de mauvais conseils, Anne a finalement refusé la demande en mariage de son fiancé pour ensuite le regretter chaque jour de son existence. Mais voilà qu’au bout de huit ans, les amoureux d’hier se retrouvent par hasard. En coulisse, une âme mal intentionnée recommence à affûter sa doucereuse langue de vipère.


Même dans l’Angleterre prévictorienne un mariage d’amour était apparemment possible, surtout lorsque narré par Jane Austen. Elizabeth Bennet et Fitzwilliam Darcy, tout comme Fanny Price et Edmund Bertram, autres couples fameux issus de l’imaginaire de la célèbre auteure, ont eux aussi été unis, désunis puis réunis de plus belle de manière identique après que les quiproquos eurent été résolus, les fourberies, dévoilées, et les méchants, éconduits. Miss Elliot et monsieur Wenworth ne font pas exception au canon «orgueil et malentendus» auquel recourait systématiquement Jane Austen.


Maintes fois adapté, c’est d’ailleurs le cas de l’ensemble de l’oeuvre romanesque de l’auteure, Persuasion jouit d’un traitement royal en 2007 de la part de la très respectueuse BBC, déjà responsable de trois autres adaptations du roman. Sans égaler la version de 1996 de Roger Michell, cette version-ci se distingue en grâce et en élégance, marque de commerce de l’auguste chaîne télévisée britannique.


Dans une approche qui se distingue des adap-tations cinématographiques chaleureuses de romans d’Austen produites au cours des 12 dernières années (Lettres de Mansfield Park, Raison et sentiments, Orgueil et préjugés), Adrian Shergold (Pierrepoint) a favorisé un traitement visuel sombre et glacé qui sied bien aux incertitudes de l’héroïne, cette dernière aux prises avec un entourage égoïste et froid.


Cela dit, la grande force de Persuasion dans cette énième mouture s’avère la composition intelligente et fine de Sally Hawkins (Happy-Go-Lucky). Elle est du reste fort bien secondée, notamment par Alice Krige (Les chariots de feu), une lady Russell mémorable.

À voir en vidéo