TV5 veut une nouvelle chaîne

TV5 souhaite scinder sa licence pour créer une nouvelle chaîne consacrée à « la diversité de la francophonie canadienne » tout en continuant à diffuser sur sa chaîne actuelle une programmation de la francophonie internationale. La nouvelle station s’appellerait Unis.

Avec TV5 en l’état, elle formerait le Nouveau TV5, qui serait obligatoirement offert dans le service de base des distributeurs par câble et par satellite, selon le modèle d’affaires dévoilé mardi par la direction.


« Ce Nouveau TV5 va aider à mieux refléter la réalité francophone canadienne, dit Suzanne Gouin, présidente-directrice générale de TV5 Québec Canada. Il construira des ponts entre tous les francophones du pays, dans un esprit d’ouverture et de solidarité. »


La demande exceptionnelle pour diviser la licence en deux entités sera défendue devant le Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes (CRTC) fin avril. L’organisme de contrôle des ondes devrait rendre une décision dans les 45 jours. En cas d’accord, il faudra compter environ neuf mois avant le lancement officiel qui se ferait donc en 2014.


La nouvelle paire consacrée à la francophonie d’ici et d’ailleurs coûterait à peu près 30 cents par mois par abonnement, deux petits sous de plus qu’actuellement. Nouveau TV5 s’engage à consacrer autour de 170 millions de dollars sur sept ans à la programmation d’émissions canadiennes.


La chaîne Unis offrirait une programmation originale étendue, en multipliant par six l’offre actuelle de TV5 pour les contenus canadiens créés par des producteurs indépendants. Le total approcherait de 6000 heures d’émissions canadiennes par année.


Trois bureaux régionaux (dans les Maritimes, les Prairies et en Colombie-Britannique) serviraient à stimuler et à relayer la production qui s’étendrait à tous les genres, les émissions pour enfants, le documentaire, les affaires publiques, mais aussi la téléréalité et même la fiction. La présidente a donné en exemple La ruée vers l’or, produite à Winnipeg et diffusée à TVA l’an dernier. La téléréalité suivait dix aventuriers partis revivre la grande aventure du Klondike. TV5 Unis promet de proposer deux fictions originales dès sa deuxième année en onde.

 

Plus de contenu canadien


La population francophone hors Québec et même hors Montréal se plaint d’être mal représentée par les télévisions généralistes et spécialisées « montréalocentristes », particulièrement par Radio-Canada, dont le mandat demeure pourtant pancanadien. Les récriminations ont encore été formulées à la fin de l’an dernier quand le CRTC étudiait la demande de renouvellement de licence du diffuseur public.


« Radio-Canada a plusieurs mandats et plusieurs missions, commente Mme Gouin. Il est évident que quand vous avez autant de missions et de mandats, vous ne pouvez y consacrer autant de moyens que nous allons y consacrer nous-mêmes avec les revenus que nous aurons. Nous serons véritablement en complémentarité. »


TV5 est déjà la deuxième chaîne la plus regardée, après Radio-Canada, dans le reste du pays. Un sondage a testé positivement l’intérêt des francophones hors Québec pour la mutation proposée. « Mes rencontres avec les communautés francophones d’un bout à l’autre du pays et des regroupements de francophiles me confirment qu’il y a vraiment une demande pour un produit comme celui-là », dit la présidente Gouin.


TV5, qui a maintenant un quart de siècle, compte déjà plus de 6,5 millions d’abonnés au Canada. La distribution obligatoire du nouveau signal dédoublé pourrait augmenter leur nombre d’environ trois millions. Il existe quelques cas de dédoublement. Teletoon (anglais et français) et Pelmorex (Météo Média et The Weather Network) opèrent deux chaînes sous une même licence.