TFO - La culture sous toutes ses formes

Assïa Kettani Collaboration spéciale
On parle de musique francophone à BRBR.
Photo: TFO On parle de musique francophone à BRBR.

Ce texte fait partie d'un cahier spécial.

Fidèle à sa mission éducative auprès de la communauté francophone de l’Ontario, TFO annonce une nouvelle saison toujours aussi gorgée de culture sous toutes ses formes, à travers ses trois créneaux habituels : une offre jeunesse, des émissions grand public et une programmation cinéma qui ne cesse de prendre de l’ampleur.


Côté cinéma, la programmation de TFO prévoit deux nouvelles initiatives dans sa grille. Dès le mois de mars, la chaîne tend une perche au public anglophone désireux de mieux connaître le répertoire de la langue de Molière, grâce à des films français diffusés avec des sous-titres anglais. « Nous avons eu beaucoup de commentaires de téléspectateurs qui aimeraient voir nos films, mais ne parlent pas français. Nous essayons cette saison de proposer quatre grands classiques pour que ceux qui le souhaitent puissent découvrir notre langue », explique Céline Pagnoud, spécialiste des communications et du marketing. Cyrano de Bergerac, Les enfants du paradis (en deux volets) et La belle et la bête de Jean Cocteau joueront ainsi les ambassadeurs du français dans toute sa splendeur, pour un public familial, d’étudiants ou de curieux.


La chaîne a aussi ajouté une nouvelle pierre à ses soirées cinéma du samedi. Dès le mois de février, une série de documentaires sur un film et son époque servira de mise en bouche aux cinéphiles, proposant pendant 13 semaines une incursion dans l’envers du décor. Ce petit tour d’horizon éclairera entre autres les coulisses d’Orange mécanique, Vol au-dessus d’un nid de coucou, La règle du jeu, La dolce vita, Le mépris, Tout sur ma mère ou Certains l’aiment chaud.


À côté de ces nouveautés, on retrouvera dans la programmation de TFO la diversité qui fait son image de marque, offrant une gamme qui va du documentaire aux grands classiques, des coups de coeur de l’année aux chefs-d’oeuvre du cinéma français et international.

 

Au jour le jour


La chaîne varie à son habitude les formules en fonction de jour de la semaine. Les lundis Hommage aux réalisateurs célébreront plusieurs grandes figures de la Nouvelle Vague. Éric Rohmer, Agnès Varda, Jacques Demy et Jacques Rivette sont à l’affiche, ainsi que Maurice Pialat et Alain Cavalier. On pourra aussi voir Paris, vu par.., un portrait croisé de six réalisateurs de la Nouvelle vague. Les mardis braquent les projecteurs sur les monstres sacrés du cinéma. Au rang des rétrospectives autour d’acteurs mythiques, notons la présence de Jeanne Moreau et d’Isabelle Huppert, ainsi qu’un cycle de six longs métrages avec Jean-Louis Trintignant, qui a interprété dans Amour de Michael Haneke, couronné l’an dernier de la Palme d’or, le dernier rôle cinéma de sa carrière.


Au programme de la série Les grands classiques restaurés, TFO prévoit une incursion du côté de l’une des restaurations les plus épiques du cinéma français : celle du Voyage dans la Lune (1902) de Georges Méliès, pionnier des effets spéciaux et des techniques du cinéma.

 

En v. o.


En marge des classiques du répertoire français, le cinéma du monde se révèle tous les mercredis en version originale sous-titrée. Le voyage commencera en Afrique avec des films du Tchad (Un homme qui crie), d’Algérie (Harragas) et d’Afrique du Sud (Carmen). En mars, l’Europe sera représentée par la Norvège (Oslo, 31 août), le Portugal (Tabou, L’étrange affaire Angelica, Singularités d’une jeune fille blonde), la Roumanie (Mardi après Noël) et la Suède (Sarabande d’Ingmar Bergman). La saison s’achèvera en Égypte avec trois films autour du printemps arabe : Les femmes du Caire, Les vierges, Les Coptes et moi et Après la bataille. Trois grands maîtres du cinéma international se partageront les soirées du vendredi : Akira Kurosawa, Krysztof Kieslowski, auteur de la trilogie Trois couleurs, Béla Tarr, dont Le cheval de Turin, Ours d’argent au Festival de Berlin 2011, nous est décrit comme sa dernière oeuvre.


Et pour clore la semaine, deux plages horaires consacrées aux oeuvres télévisuelles et aux coups de coeur du cinéma contemporain prévoient notamment le film historique Les lignes de Wellington, projeté l’an dernier à la Mostra de Venise et diffusé en trois parties en exclusivité sur TFO, Fanny et Alexandre, dramatique d’Ingmar Bergman souvent présentée dans sa version cinéma écourtée et ici diffusée intégralement, ou encore la série Profils paysans signée Raymond Depardon.


Culture


Du côté de ses émissions, TFO réserve un bouquet de programmes décortiquant la culture d’ici et d’ailleurs. Parmi les derniers nés de la chaîne, Plein les vues explore tous les jeudis soirs l’actualité cinématographique, entre critiques, entrevues, hommages et coups de coeur. On parle de musique francophone à BRBR. Au nombre des invités à venir, Salomé Leclerc, Hôtel Morphée, Kid Koala et Dany Placard. On aura aussi droit à une vitrine dans le cadre de la Canadian Music Week et à un partenariat avec les Francouvertes. On parle aussi de sorties culturelles et de mode de vie dans Ruby, ciblé pour un public féminin trentenaire (2e saison).


Citons enfin la série documentaire Trashopolis (2e saison), diffusée en exclusivité sur TFO, qui dévoile l’histoire et les rouages de la gestion des déchets dans les plus grandes villes du monde, de Mexico à Jérusalem, en passant par Tokyo, Los Angeles, Mumbai, Berlin, Moscou et Montréal.


 

Collaboratrice