À voir le dimanche 16 décembre - Meurtres dans un jardin anglais

Rien ne va plus dans la maison du père Goodfellow. En effet, pendant que le pauvre bougre s’échine à écrire les sermons qui font bâiller ses ouailles, sa femme Gloria, lasse de se sentir invisible, court la romance sur le terrain de golf local... et dans les draps de son instructeur. Et la fille Goodfellow de collectionner les amoureux décevants, et le fils Goodfellow de ne plus savoir à quel saint se vouer tant l’intimidation scolaire dont il est victime devient sérieuse. Bref, la famille Goodfellow a besoin d’aide. Dans la grande tradition anglaise, une Mary Poppins ou une Nounou McPhee serait la bienvenue.

Embauchée à titre de nouvelle gouvernante, Grace Hawkins ramènera l’ordre et la bonne entente au sein de la maisonnée comme ont l’habitude de le faire les gouvernantes dans ce genre de récits, mais les moyens employés pour arriver à ses fins, eux, relèvent de la psychopathologie, et non de la magie!
 
Secrets de famille met en valeur deux trésors nationaux du peuple britannique: l’humour noir et Maggie Smith. À 77 ans, cette formidable actrice est plus populaire que jamais; en témoignent l’énorme succès de la série Downton Abbey, dont elle est un des fers de lance en impérieuse comtesse douairière de Grantham, ainsi que celui, inespéré, du film Bienvenue au Marigold Hotel.

Dans cette comédie foncée mais combien drôle coscénarisée par Richard Russo (le merveilleux Personne n’est parfait avec Paul Newman), Mags (le surnom que lui donne sa vieille amie Judi Dench) fait flèche de tout bois en vieille dame très, très indigne. L’art comique de Maggie Smith en est un consommé. Un plissement de lèvres, un regard exaspéré, voire un silence: cette grande dame qui a fait ses classes dans le répertoire shakespearien n’a même pas besoin de texte pour déclencher l’hilarité. Et dans le registre de l’humour noir, elle fait honneur à la réputation de son pays. Complice malgré elle, la famille Goodfellow a à sa tête deux autres pointures: Rowan Atkinson (Mr. Bean) et Kristin Scott Thomas (Le patient anglais, Il y a longtemps que je t’aime), eux aussi très en forme. Un bon petit film à découvrir.

LE COURRIER DES ÉCRANS

Le courrier des écrans. Le meilleur et le pire des écrans, petits et grands, vus par nos journalistes cette semaine. Inscrivez-vous, c'est gratuit.


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel. Les envois débuteront le 5 septembre 2019.