Avec le câble - Pour une télé intelligente

La chaîne TV5 continue d’investir cet automne dans une programmation exigeante, riche et diversifiée.

Au téléphone, la responsable des communications de TV5, Josée Ann McDuff, se montre d’entrée de jeu très claire : « La programmation d’automne incarne bien notre mandat, qui demeure toujours d’offrir à nos téléspectateurs une télé intelligente et ouverte sur le monde. »


Chez TV5, on estime en effet s’adresser à un auditoire qui ne cherche pas d’abord le divertissement à tout prix et les séries américaines carburant à l’hémoglobine. On y travaille plutôt pour « des gens curieux qui aiment entendre plusieurs points de vue sur un sujet ; un auditoire qui aime les surprises et qui souhaite qu’on lui présente les choses sous plusieurs angles différents. Nos spectateurs aiment la diversité et s’intéressent à ce qui se passe dans le monde : notre programmation d’automne reflète encore une fois tout cela », souligne Josée Ann McDuff.



En profondeur


On sentira d’abord cette orientation avec le retour de l’un des joyaux de TV5, toutes catégories confondues : ses téléjournaux internationaux diffusés à partir des grandes capitales de la francophonie. On peut prendre là, chaque jour, des nouvelles du monde en écoutant toute une série de reportages en provenance de la France, de la Belgique, de la Suisse et de l’Afrique francophone, grâce au réseau international de TV5 Monde.


Mais il n’y a pas que les bulletins d’information qui permettent d’aborder le monde, explique la responsable des communications de la chaîne ; plusieurs nouvelles séries programmées cet automne permettront de creuser en profondeur des sujets souvent difficiles et moins grand public.


« Nous avons choisi plusieurs fictions chez nos partenaires et nous les avons adaptées pour la réalité québécoise. Je pense surtout à une émission d’origine israélienne, Be Tipul, qui a fait couler beaucoup d’encre lors de sa diffusion par la chaîne américaine HBO [In Treatment] et qu’on présentera ici sous le titre d’En thérapie. On y aborde, sous le mode de la fiction, le monde de la thérapie au moyen de rencontres avec des personnages souvent extrêmement complexes. Diffusée cinq soirs par semaine à 22 h, c’est une émission réalisée par Pierre Gang qui met en vedette des comédiens de premier plan, comme François Papineau, Sébastien Ricard, Pascale Bussières, Élise Guilbault, Macha Limonchik et plusieurs autres. »Une autre fiction, française celle-là, École de médecine - diffusée le lundi à 22 h - qui suit des étudiants faisant leur internat dans un grand hôpital français, devrait aussi générer beaucoup de commentaires.


Dès novembre, Philippe Desrosiers - découvert lors de la série Le sexe autour du monde, un des grands succès de TV5 l’an dernier - revient dans un tout autre contexte, alors qu’il présentera Voyage au bout de la nuit. Il nous fera en fait plonger dans la vie nocturne de quelques grandes capitales ; on y découvrira entre autres Montréal, Rio, Berlin, Mumbaï et Kinshasa. Autre retour attendu, avec aussi un changement à la clé, Ma caravane au Canada devient Ma caravane au Québec ; l’émission sera toujours animée par le comédien Vincent Gratton, mais il sera accompagné cette année de Pierre-Alexandre Fortin, avec qui il sillonnera les routes et les régions du Québec pour y trouver des aspects non encore explorés.La même préoccupation a mené à la sélection de Métronome, qui s’intéresse aux différentes étapes de la construction du métro de Paris, et de la série policière Les beaux mecs, dans laquelle un gangster repentant raconte la France des années 1950 à 1970. Sans oublier les magazines et les jeux-questionnaires qui reviennent : entre autres, À table ! avec Chantal Lamarre, GPS Monde avec Mélanie Maynard, Science ou fiction animé par Réal Bossé, Cliquez ! où Julie Lafrenière fait le tour de la planète web, Des chiffres et des lettres, Secrets de l’histoire, Envoyé spécial, Thalassa… Le tout construit avec 15 % de programmation originale conçue ici et une sélection de ce que la télé de la francophonie offre de mieux. C’est ça, un mandat clair, exigeant et ouvert sur le monde.


 

Interagir directement


Et le web dans tout cela ? Et les réseaux sociaux ? Alouette !


Josée Ann McDuff s’anime encore plus au bout du fil. Elle rappelle d’abord que la majorité du contenu de TV5 est accessible en « mode rattrapage », comme on dit maintenant, mais que plusieurs séries comptent aussi un site Internet et des comptes Facebook et Twitter, qui permettront aux spectateurs d’interagir directement.


Durant l’émission En thérapie, par exemple, des psychologues du CSSS Jeanne-Mance analyseront un cas en particulier à partir d’une séquence de l’émission ; les téléspectateurs pourront aussi réagir directement via le site, en tout temps, surtout que TV5 devrait avoir développé des applications iPhone, iPad et Androïd lorsque la saison s’ébranlera, le 10 septembre. Encore une fois, le mandat est clairement défini : faire appel à l’intelligence des gens et leur donner des outils modernes pour mieux interagir.


Ce qui nous permet de conclure avec cette autre« application » remarquable développée par TV5 : FrancoLab (francolab.tv5.ca). Il s’agit en fait d’un laboratoire d’apprentissage du français en ligne ; on y trouve toute une série de vidéos à l’usage des profs ou des animateurs, des dossiers, des fiches questions-réponses, des jeux-questionnaires sur toutes sortes de sujets… Bref, en se promenant dans le site du Lab, on se surprend à s’imaginer francophile et à piger au hasard des sujets dans cette caverne aux trésors. Une découverte à faire l’année durant...


LE COURRIER DES ÉCRANS

Le meilleur et le pire des écrans, petits et grands, vus par nos journalistes cette semaine. Inscrivez-vous, c'est gratuit.


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel. Les envois débuteront le 5 septembre 2019.