À voir à la télévision le lundi 12 mars - Les soins du Nord

Le Nunavik, ce sont 14 villages et 11 000 habitants disséminés sur le tiers du Québec. C'est aussi un peu le tiers-monde québécois, avec une espérance de vie d'une quinzaine d'années inférieure à la moyenne.

Les soins médicaux y sont assumés par des gens du Sud. Sur les 135 infirmières de la région, seules cinq sont inuites; aucun des quelque 70 médecins ne l'est.

Le documentaire animé par Claire Lamarche suit Geneviève Auclair, 29 ans, qui a eu la piqûre de ce Nord il y a quelques années. La Dre Auclair, sensible, attachante, d'une générosité contagieuse, travaille une partie de l'année à Puvirnituq, village le plus peuplé de la côte ouest, où se trouve l'hôpital de la région.

Il faut une surcharge de compassion et de la débrouillardise à revendre pour s'activer là. Les patients peuvent y être rapatriés et les cas les plus lourds peuvent être envoyés plus au sud. Une nuit de garde, la Dre Auclair envoie l'avion-ambulance, avec une infirmière, pour ramener une patiente en crise dans un village à des centaines de kilomètres de là.

Dès le lendemain, elle accueille des résidents et commence à les initier à la réalité de cette société atypique. «Le plus important, c'est de laisser tomber ses préjugés», dit la chef médicale en mentionnant les clichés sur la toxicomanie ou l'alcoolisme. Ce qui ne nie pas ces problèmes, ni la présence de maladies disparues dans le Sud, comme la tuberculose.

La remarque s'applique à l'excellente série Soins intensifs. Elle aussi propose un portrait différent de notre système de santé, trop souvent et injustement ramené à des clichés: les urgences qui débordent ou le corporatisme crasse.

Soins intensifs: le Grand Nord
Télé-Québec, 21h