À voir à la télévision le jeudi 3 mars - Camping, le syndrome de l'escargot

Le camping a le vent dans les voiles au Québec depuis quelques années. C'est du moins ce que laissent deviner les dernières données disponibles à ce sujet, qui remontent à 2009. Selon cette étude du ministère du Tourisme, l'achalandage des 864 terrains de camping de la province a augmenté de 7 % entre 2005 et 2009. Du lot de campeurs qui envahissent ces installations, plus ou moins rustiques, près de la moitié proviennent de la région de Montréal... Les Montréalais ont donc besoin de s'évader de leur métropole, le temps de quelques journées sous la tente ou une bonne partie de leur été dans une roulotte qui ne bouge plus depuis des années...

La série en trois épisodes Camping, le syndrome de l'escargot se veut un exercice anthropologique plutôt qu'un panorama historique sur la pratique de ce loisir chez les Québécois. Les premiers campeurs «pour le plaisir» à visiter nos belles régions provenaient des États-Unis, de fortunés voyageurs qui se permettaient un périple d'aventuriers. Il faut attendre l'après-guerre et l'avènement de la société de consommation et des semaines de vacances payées pour voir les citadins de la classe moyenne se mettre à envahir des terrains de camping pas encore très bien organisés, jetés çà et là, souvent de façon assez anarchique.

Camping, le syndrome de l'escargot nous raconte donc comment les Québécois pratiquent cette activité depuis une petite cinquantaine d'années, à l'aide de rares images d'archives, de commentaires éclairants de spécialistes universitaires et de portraits de campeurs d'aujourd'hui que l'on observe dans leur milieu «naturel». C'est d'ailleurs autour de ces «milieux naturels» que sont construits les trois épisodes: le camping rustique (sous la tente), le camping saisonnier (le bataillon le plus grand, car il compte pour 79 % des campeurs québécois) et le camping en voyageur, qui prend de l'ampleur avec la multiplication des retraités nomades qui sillonnent les routes dans leurs autocaravanes...

L'ensemble ne nous apprend pas énormément de choses, mais se révèle tout de même agréable, surtout grâce aux témoignages touchants et colorés des campeurs de tous genres, en particulier ceux qui fréquentent ou tiennent des campings saisonniers, des personnages dont on se moque pas toujours gentiment, mais qui profitent ici d'un traitement fort respectueux. Une série qui a des odeurs de sapins et de guimauve fondue...


LE COURRIER DES ÉCRANS

Le courrier des écrans. Le meilleur et le pire des écrans, petits et grands, vus par nos journalistes cette semaine. Inscrivez-vous, c'est gratuit.


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel. Les envois débuteront le 5 septembre 2019.