À voir à la télévision le jeudi 23 décembre - Un savoureux entremets

À Manhattan, Lenny et Amanda mènent une existence heureuse d'intellectuels à qui tout a réussi, même l'adoption d'un enfant qui se révèle très allumé. Prenant conscience de cela, Lenny, qui souffre d'une phobie de se retrouver au centre d'une version réelle d'Oedipe roi, se met en tête de retrouver la mère biologique du petit afin, d'une part, de pouvoir éventuellement présenter son fils à celle-ci et, d'autre part, de tromper le destin qu'il croit s'être vu imparti.

Bien sûr, Lenny omet de mettre sa femme dans le coup. Après avoir retrouvé la mère biologique de son fils, il est atterré d'apprendre que la femme en question, Linda Ash, est une ravissante écervelée qui vend ses faveurs à tarifs élevés.

Ne s'avouant pas vaincu, Lenny entreprend de «réformer» une Linda récalcitrante. Depuis leur théâtre de pierre, un choeur grec passe des commentaires en se prenant la tête.

Oeuvre colorée et allègre, Maudite Aphrodite se laisse regarder toute seule. On reconnaît plusieurs bibittes de l'auteur, le thème du couple engoncé dans les habitudes au premier chef, développé ici avec bonhomie et légèreté, loin, très loin des films plus nuancés Hannah et ses soeurs, Crimes et délits et autres Maris et femmes, ce dernier léguant toutefois à Maudite Aphrodite une certaine causticité que l'auteur développa sur le tard, notamment dans Harry dans tous ses états.

Réalisé juste après le mémorable Coups de feu sur Broadway et juste avant l'oubliable Tout le monde dit: I Love You, Maudite Aphrodite comporte sa juste part de situations savoureuses et d'échanges tour à tour spirituels et cocasses, ces derniers étant généralement livrés avec une candeur désarmante par le personnage de la prostituée, rôle qui valut à Mira Sorvino l'Oscar de la meilleure actrice de soutien, une spécialité de Woody Allen. Cela étant, et à l'instar de la carrière subséquente de la comédienne, force est de constater que cette comédie, tantôt fine, tantôt répétitive, n'a guère laissé sa marque au sein d'une filmographie à fleurons multiples.

Cinéma / Maudite Aphrodite
Radio-Canada, 23h05