À voir à la télévision le samedi 27 novembre - Carole dans les nuages

Par quel bout prendre ce film-là? Un ovni, une bibitte, une sympathique débâcle. Une comédie musicale écologique. Fantastica, de Gilles Carle, a ouvert le Festival de Cannes en 1980, et c'est là son plus haut fait. Carole Laure était déjà immense là-bas et son Pygmalion, très aimé.

L'accueil, du moins en France, en témoigna, mais force fut de constater qu'on n'avait pas affaire à une autre merveille comme La Mort d'un bûcheron ou La Tête de Normande Saint-Onge.

Produit par Guy Fournier, Fantastica était un projet qui tenait vraiment à coeur à Gilles Carle. Tournée à Shawinigan, la mère patrie de sa muse, cette oeuvre qui ne ressemble à aucune autre n'est aimée que des plus ardents défenseurs de l'auteur. Il en subsiste quelques-uns, mais on comprend les autres, remarquez.

Fantastica conte les aventures amoureuses et le combat social et environnemental de Lorca, la chanteuse-vedette d'un spectacle ambulant qui écume la campagne québécoise. De passage à «Shawin» pour quelques représentations, la troupe est accueillie par les gros bonzes de la ville, qui mettent tout en oeuvre pour impressionner les artistes.

En pleine crise existentielle, Lorca préfère demeurer à l'écart, observant et écoutant les gens du cru pré-occupés par le sort de la papetière locale. Euclide, un sexagénaire épris de valeurs écologistes, lui tombera dans l'oeil, au grand dam de Paul, le conjoint metteur en scène de la ravissante mais pas très reposante Lorca.

Fantastica ne tient pas debout, on l'aura compris, évoluant dans un univers parallèle et existant avant tout en tant que vitrine pour Carole Laure, à qui Carle tenait à offrir une véritable comédie musicale. Mais une comédie musicale à sa manière inimitable. Vestige d'une autre époque, certes, cette fantaisie joliment bricolée tient pourtant un propos qui, lui, n'a guère vieilli. Prompt à se remettre en selle après l'échec essuyé, Gilles Carle accoucha ensuite de l'un de ses films les plus populaires, Les Plouffe.

Cinéma / Fantastica
Artv, 21h30