Michel Drucker reçoit l'Ordre du Québec

Michel Drucker est le premier étranger à être élevé au rang d’officier de l’Ordre national du Québec. <br />
Photo: Jacques Nadeau - Le Devoir Michel Drucker est le premier étranger à être élevé au rang d’officier de l’Ordre national du Québec.

Paris — Alors qu'il recevait hier la plus prestigieuse décoration du Québec, le célèbre animateur de la télévision française Michel Drucker en a profité pour égratigner ces artistes qui choisissent de chanter en anglais. «C'est une solution de facilité», a-t-il déclaré après avoir été décoré de l'Ordre national du Québec par la ministre des Relations internationales, Monique Gagnon-Tremblay, dans les salons de la Délégation générale du Québec à Paris.

«C'est pourtant joli de chanter en français, la langue de chez nous, a dit celui qui fut pendant 50 ans l'ambassadeur en France de Jean-Pierre Ferland, Céline Dion, Isabelle Boulay et tant d'autres. Il faudrait qu'ils réécoutent tous ce qu'a chanté Yves Duteil. On peut aimer les chansons anglaises. Mais c'est la facilité de chanter en anglais. Tout le monde peut chanter en anglais. Le français, c'est autre chose.»

Après Luc Plamondon, qui a récemment critiqué la programmation anglaise du Festival d'été de Québec, et Robert Charlebois, qui avait ironisé sur ces interprètes qui chantent en anglais et qui seraient incapables «de se débrouiller dans le métro de New York»,

Michel Drucker a dit qu'il n'avait «rien contre les Anglo-Saxons. Mais on a une langue magnifique. Quand on écoute Ferrat et Félix, on a envie de chanter en français. Quand on écoute Dufresne, Dubois et Charlebois, comment avoir envie de chanter en anglais?»

Michel Drucker est le premier étranger à être élevé au rang d'officier de l'Ordre national du Québec. Né en Normandie, il a d'abord été commentateur sportif avant de devenir l'animateur de variétés le plus célèbre de la télévision française, a rappelé la ministre. Visiblement ému, l'animateur a raconté le jour où il a emmené son père pêcher sur le lac Memphrémagog. «Comment rester insensible à ces Québécois qui sont six millions aux portes du géant américain? [...] Quelque part, mon second pays, c'est le vôtre.»

La ministre Gagnon-Tremblay remplaçait hier Jean Charest qui a dû retarder son voyage officiel en France pour participer au vote sur la motion de censure qui sera débattue demain à l'Assemblée nationale. Elle signera ce matin les dernières ententes sur la mobilité de la main-d'oeuvre et inaugurera une place du Québec à Strasbourg.

Lors de son séjour écourté, jeudi et vendredi, Jean Charest rencontrera le premier ministre François Fillon. Avec son tact légendaire, Michel Drucker a dit comprendre l'absence du premier ministre. «Je sais que vous avez vous aussi vos petits problèmes chez vous...»

***

Correspondant du Devoir à Paris

***
Rectificatif du 25 novembre 2010
Dans l’article précédent, nous affirmions par erreur que Michel Drucker était le premier étranger à être élevé au rang d’officier de l’Ordre national du Québec. Plusieurs personnalités étrangères ont déjà atteint ce rang. L’erreur est due à une information erronée communiquée aux journalistes lors de la remise.