À voir à la télévision le jeudi 4 novembre - Mon cher petit village

Film dont la réputation déjà fort enviable a crû d'un cran après n'avoir PAS remporté l'Oscar du meilleur film en langue étrangère que tous lui décernaient pourtant d'office, Le Ruban blanc, de l'Autrichien Michael Haneke, continuera malgré cela, et sans être inquiété, son petit bonhomme de chemin sur la route des oeuvres qui comptent.

Gagnant d'une Palme d'or en 2009 remise par la présidente du jury Isabelle Huppert, que Haneke avait dirigée dans La Pianiste avec à la clé les plus prestigieuses distinctions cannoises pour l'un et l'autre, Le Ruban blanc propose une chronique villageoise en apparence banale, mais qui n'a de cesse de se complexifier à mesure que l'on s'attarde à ses ramifications symboliques, sociologiques, et, surtout, historiques. S'il constitue sans doute l'un des longs métrages les plus accessibles de l'auteur, Le Ruban blanc n'en recèle pas moins une grande richesse cinématographique qui convoque tour à tour Dreyer et Bergman (le personnage du pasteur rigide est un renvoi direct à la mythologie de ce dernier).

Campé dans l'Allemagne de 1913, soit à la veille du déclenchement de la Première Guerre mondiale, ce récit dérangeant, mais jamais provocateur, nous est conté par un ancien professeur qui se souvient des événements tragiques qui secouèrent la quiétude de façade d'une petite communauté champêtre. Un cheval sciemment blessé, un enfant battu... l'escalade mettra à mal les pauvres autant que les nantis.

La réussite de cette oeuvre, d'une maîtrise absolue, tient à plusieurs facteurs, notamment aux choix narratifs de Haneke, qui laisse très tôt deviner au spectateur l'identité des bourreaux. À cet égard, on a souligné à raison que le film peut aisément être lu comme une métaphore sur l'éclosion du nazisme et sa prolifération subséquente. Plus encore, l'auteur poursuit une réflexion pessimiste sur l'illusion de l'innocence et le Mal fait enfant amorcée dès 1979 dans sa fascinante fresque télévisuelle Lemming, véritable précurseur du Ruban blanc, et dont le spectre plane tant sur Benny's Video que sur les deux moutures de Funny Game, voire sur Caché.

Cinéma / Le Ruban blanc
Super Écran, 21h