À voir à la télévision le vendredi 1er octobre - La mémoire qui tourne

Radio-Canada poursuit son essentiel travail de mémoire ce soir avec la diffusion d'une émission spéciale consacrée à la Crise d'octobre, une production pilotée par Bernard Derome, lui-même observateur et témoin important de cette période charnière du Québec contemporain.

Le travail dresse une synthèse historique, avec un rappel de ce qu'était le FLQ, des actions et des attentats, les enlèvements de James Cross et de Pierre Laporte, la Loi sur les mesures de guerre. En même temps, la grande synthèse présente les témoignages de plusieurs acteurs et témoins privilégiés de ces années de plomb à la québécoise.

L'ex-felquiste Paul Rose est du carré d'as des témoins. Lui qui a été condamné en rapport avec l'enlèvement et l'assassinat de Pierre Laporte, il contextualise son propre personnage en évoquant son enfance dans le quartier ouvrier de Ville Jacques-Cartier. Dans ce triste ghetto de pauvreté, à Longueuil, les pauvres francophones vivaient sans eau courante, sans égout, sans même la protection des pompiers qui devaient regarder brûler les taudis et les corps, faute d'équipements adéquats.

Le documentaire fait aussi intervenir les souvenirs de Jérôme Choquette, ex-ministre de la Justice du gouvernement du Québec en 1970, de Claude Laporte, neveu du vice-premier ministre assassiné, et de Louis Hains, qui fréquentait alors la fille de Pauline Julien, une des centaines de personnes emprisonnées arbitrairement à l'époque.

Cette présentation s'inscrit dans une vaste couverture consacrée par Radio-Canada à ces pages marquantes de l'histoire contemporaine du Québec. L'excellent dyptique de Tout le monde en parlait consacré à la crise sera rediffusé à RDI les 20 et 27 octobre. Lundi et mardi prochains, à 11h, la Première Chaîne de la radio diffuse Les Enfants de la Crise d'octobre, un grand documentaire radiophonique bâti autour des souvenirs des enfants des protagonistes. Le dimanche 17 octobre, l'émission littéraire Vous m'en lirez tant s'intéressera à dix écrivains, cinq anglophones et cinq francophones, qui ont écrit sur leurs souvenirs de ce temps enténébré. On répète: un essentiel travail de mémoire. Et c'est bien ainsi que Radio-Canada joue son meilleur rôle, merci.

Crise d'octobre, 40 ans
Radio-Canada, 21h