À voir à la télévision le mardi 28 septembre - L'inspecteur la bavure

Max est un drôle de type (même s'il ne rit pas beaucoup). Derrière cet austère inspecteur de police se cache en effet un fils de riches vignerons vivant à l'abri du besoin. Un luxe qu'il met au service de la chasse aux mal-faiteurs, petits et grands. Jadis juge d'instruction, Max a cru bon descendre de quelques échelons afin de se rapprocher de la racaille qui l'obsède tant.

Las de voir les criminels s'en tirer, il décide de changer sa façon de faire. En effet, pourquoi ne pas réduire davantage la distance qui le sépare des malfrats en les incitant lui-même au crime?

Pour ce faire, Max entend manipuler Abel, un ancien compagnon d'armes reconverti dans les combines en tous genres. Ce faisant, le flic fait la connaissance de Lily, ravissante prostituée vivant avec Abel. Haut les coeurs!

Max et les ferrailleurs, un très beau film de Claude Sautet (Un coeur en hiver, Nelly et monsieur Arnaud), aligne le tandem d'acteurs Michel Piccoli et Romy Schneider deux ans après le tout aussi mémorable Les Choses de la vie, du même cinéaste. Ce fabuleux trio nous donnera plus tard César et Rosalie et Mado.

Sautet, qui en était déjà ici à son cinquième long métrage, venait tout juste de négocier un important virage dans sa carrière encore jeune après des premiers projets plus ouvertement commerciaux, tels Bonjour sourire et le classique Classe tout risque. Film que Max et les ferrailleurs évoque d'ailleurs dans une certaine mesure, par son utilisation du genre policier comme prétexte à un portrait.

Ici, toutefois, l'étude de moeurs est plus apparente et affirmée, un legs des Choses de la vie, film ayant lancé ledit virage professionnel au profit d'oeuvres plus intimistes, filon que Sautet explorera avec sa touche distinctive et qui lui réussira jusqu'à la fin de sa vie.

Max constitue l'un des meilleurs rôles de Michel Piccoli. Quant à Romy Schneider, incandescente, rarement talon d'Achille aura-t-il eu aussi joli minois.

Cinéma / Max et les ferrailleurs
TFO, 21h