À voir à la télévision le samedi 5 juin - Elle nous a fait un jardin

Ç'a d'abord été enregistré en 2005, au Petit Champlain de Québec, et le disque en résultant était fort beau.

Et ne demandait pas plus. Écouter ce spectacle de «classiques» constituait déjà une expérience pleine et complète. Ouïr et rien qu'ouïr Clémence chantant ses admirables vers rimés nous berçait déjà, et revisiter ses monologues au gré de ses seules inflexions inimitables suffisait amplement à notre bonheur.

Jusqu'à cette reprise devant caméras à l'Olympia de Montréal, trois ans plus tard. Où l'on constate qu'on écoute mieux Clémence quand on la regarde. Ou plutôt, quand elle nous regarde. Nous prend à partie. Admoneste ceux qui ont attendu ses 75 ans pour la «découvrir» sur scène. «Vous attendiez quoi? Que j'aie un peu d'expérience?» Cette Clémence, le plus souvent montrée en plan américain — le réalisateur Pierre Séguin demeure simple témoin, rare modestie —, est une comédienne d'exception, toujours elle-même et pourtant capable de devenir devant nos yeux Ida et Emma, les deux vieilles amies, entre autres personnages.

Il y a la Clémence coquine crasse dans ces images, la Clémence au regard qui pétille d'intelligence, vive d'esprit jusque dans les trous de mémoire, où elle ne plonge que pour mieux émerger. Il y a surtout, surtout, la Clémence heureuse comme une petite fille de présenter non seulement le meilleur de son matériel, mais son meilleur show, jouissant manifestement de sa complicité avec le pianiste Steve Normandin, son meilleur accompagnateur à vie (discrètement soutenu par Jean René à l'alto et à la guitare, et Roger Coderre à la contrebasse). Ce courant qui passe entre Steve et elle, il fallait la télé pour le conduire à nous.

Clémence DesRochers - Canal D, 19h

À voir en vidéo