À voir à la télévision le mercredi 28 avril - Edgar Allan Poe vu par...

L'oeuvre d'Edgar Allan Poe possède cette qualité singulière de pouvoir se prêter à mille et une interprétations, d'épouser mille et un univers.

À preuve, les propositions de Roger Corman telles Fall of the House of Usher, Pit and the Pendulum, Tomb of Leigia et Masque of the Red Death, des adaptations pourtant très libres de nouvelles et de poèmes, font figure de versions définitives.

Le même phénomène survient avec Histoires extraordinaires, qui emprunte son titre au célèbre recueil traduit par Baudelaire, alors que trois cinéastes de sensibilités pour le moins divergentes (le sulfureux Roger Vadim, l'explorateur Louis Malle et le flamboyant Federico Fellini) y vont de leurs offrandes individuelles. Contrastés, les trois segments ne sont reliés, peut-être, que par le fil ténu d'une sensualité macabre, diffuse.

Metzengerstein réunit Jane et Peter Fonda en cousins maudits, elle libertine, lui reclus. Vadim oppose efficacement de vastes étendues côtières empreintes de plénitude au faste et à la décadence de l'héroïne. William Wilson, sur une réalisation fébrile mais assurée de Malle, met en scène un Alain Delon pourchassé par une conscience semblant s'être matérialisée. Brigitte Bardot lui tient tête. Enfin, Toby Dammit, de Fellini, est le récit intrigant d'un acteur anglais tourmenté venu tourner à Rome un western catholique. Vaguement construite autour du personnage de Terence Stamp (alors qu'il tournait Teorema chez Pasolini!), cette dernière histoire permet à l'auteur de 8 1/2 une autre satire féroce du milieu du cinéma et de la télévision. Le fantastique lui sied en outre à ravir, certains plans ayant le don de revenir nous hanter longtemps après le roulement du générique.

Cinéma / Histoires extraordinaires - Télé-Québec, 21h