A voir - Mardi 30 mars - Les Invincibles à la française

Les meilleures oeuvres, dit-on, ne sont pas de leur temps: elles sont leur temps. Le principe se vérifie dans les chefs-d'oeuvre de la haute culture comme dans les meilleures productions de la basse. Il y a toute une époque et certainement un bon coin du monde concentrés dans les séries Six Feet Under, Seinfeld et The Simpsons.


Ici, on peut suivre les mutations fondamentales de la société québécoise à travers Les Plouffe ou Les Parent. Quelque chose de l'esprit du temps de la première décennie du XXIe siècle à la québécoise se concentre aussi dans deux ou trois feuilletons, dont Un gars, une fille, Minuit, le soir, ou Les Invincibles, tous présentés avec un grand succès à Radio-Canada.

Ce portrait des adulescents à la québécoise a attiré l'attention de producteurs européens qui ont décidé d'en tourner une version franco-française. La série est diffusée sur la chaîne culturelle Arte depuis le début du mois. L'affaire a fait chou blanc, avec 350 000 téléspectateurs au premier épisode et 100 000 de moins au deuxième. Des résultats de famine, d'autant plus attristants que les critiques télé avaient salué justement la production comme «un petit bijou de drôleries et de tragédies» (Le Point) ou «une rare création libre, moderne, vivante et joyeuse» (Le Journal du Dimanche).

Tant pis pour les absents de là-bas. TV5 a eu la bonne idée de diffuser ici cette réinterprétation. Les fans peuvent comparer. Les autres peuvent s'amuser... ou développer le goût de visionner l'original.

C'est que le résultat soulève une question toute simple: pourquoi? Pourquoi avoir refait à l'identique, ou presque, ce qui était déjà fait et très bien fait? Pourquoi avoir tenté de reconstituer ce concentré pur jus d'un certain temps en un certain lieu?

La réponse semble évidente: parce que l'accent et la langue du Québec indisposaient les Français. Seulement, hey, aussi bien le dire comme ça vient: l'accent et la langue des Invincibles à la française peut agacer tout autant. Paris, qui vaut bien une messe, aurait bien pu se contenter de deux ou trois sacres...

Les Invincibles
Mardi 30 mars
TV5, 21h

À voir en vidéo