À voir à la télévision le samedi 6 mars - Ailleurs... comme ici

Depuis deux décennies au moins, Église catholique et scandales semblent souvent voguer de conserve. Après les révélations et la consternation suivent généralement les excuses, parfois longues à venir, pieu exercice de relations publiques. Si, pour ne citer qu'un cas célèbre, nul n'aurait voulu être un orphelin sous Duplessis, force est de constater que le Québec, et ses prêtres d'alors, ne détenait pas le monopole de l'aberration sous couvert divin.

En Irlande, par exemple, les bonnes soeurs des Asiles de Madeleine n'avaient rien à envier à certains de leurs homologues masculins au chapitre des comportements sordides. Le récit qui en est fait dans le troublant, et aussi très beau, The Magdalene Sisters est de ceux qui restent gravés dans la mémoire.

Margaret, Rose, Bernadette et Crispina sont des filles «perdues» qui ont été confiées par leurs familles ou leurs tuteurs aux bons soins de soeur Bridget, la mère supérieure de l'un de ces établis-sements nommés en l'honneur (relatif, il appert) de Marie-Madeleine. Elles doivent se repentir et expier leurs fautes, essentiellement celle d'avoir été abusées ou violées, ou juste d'être trop belle et libre dans le cas de la troisième.

Traitées comme des prisonnières condamnées aux travaux forcés, les quatre jeunes filles

connaîtront les pires sévices et humiliations. Soeur Bridget, chétive et d'apparence si douce, dissimule une nature sadique. La complaisance avec laquelle elle châtie ses protégées donne froid dans le dos, d'autant plus que le trait n'est jamais caricatural. De fait, le traitement privilégié est on ne peut plus réaliste. Ici, émancipation rime littéralement avec survie.

Acteur de soutien au cinéma et homme de théâtre bien connu en Grande-Bretagne, Peter Mullan signe ici une oeuvre puissante, ouvertement dénonciatrice mais jamais démagogue. Bien observé, son scénario s'inspire des témoignages qu'il a recueillis auprès de femmes ayant vécu dans ces établissements. Parole entendue, et preuve supplémentaire, si besoin en était, qu'Église et État ne doivent jamais plus partager la même couche.

Cinéma / Les Soeurs Madeleine - Télé-Québec, 22h30

LE COURRIER DES ÉCRANS

Le courrier des écrans. Le meilleur et le pire des écrans, petits et grands, vus par nos journalistes cette semaine. Inscrivez-vous, c'est gratuit.


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel. Les envois débuteront le 5 septembre 2019.