Télévision - Tout le monde s'en fout, une solution de rechange le dimanche soir

Quelle bonne idée! Une équipe de jeunes loups des ondes et de la culture lance dimanche soir une nouvelle émission radio également tournée pour la télé et intitulée Tout le monde s'en fout. La proposition est construite comme l'exact renversement de la mégapopulaire émission de Radio-Canada Tout le monde en parle. L'humble concurrente fera son apparition sur la chaîne Vox de Québec ce dimanche, à 20h, en même temps que l'autre, quoi, pile-poil.

«C'est moi qui ai pensé au titre», explique l'animateur Matthieu Dugal, joint hier à Québec. On a pu le voir à la barre de Méchant contraste à Télé-Québec. Il collabore au Club social de TV5. Il a déjà écrit pour Le Devoir. «Je travaille au concept avec l'équipe depuis un an. C'est un peu une suite logique de ce qu'on a fait pendant quatre ans avec Méchant contraste, en ce sens que nous voulons continuer à donner la parole aux gens qu'on n'entend jamais, ou presque. Je me déclare souvent athée du spectacle. Je veux faire de l'anti-télé et je ne veux pas en faire avec des vedettes qu'on entend partout.»

Ovni télévisuel

Le seul fait que la scène soit à Québec joue d'audace dans un univers télévisuel hypermontréalocentriste, et encore, dans un rayon de plus ou moins cinq kilomètres autour du Plateau Mont-Royal. En fait, tout semble à contre-courant ou à l'avant-garde dans cette production. L'émission de radio sera tournée pour la télé dans un espace hypermoderne, de nuit, tout en haut d'une tour, à l'aide d'appareils photo-vidéo hypersensibles manipulés par des caméramans-photographes dirigés par le jeune réalisateur Samuel Matteau, des Productions Notre Monde. «À Québec, l'identité médiatique existe à travers la radio, et le reste du Québec parle de cette réalité quand un de nos animateurs rote en ondes, explique poétiquement M. Dugal. Nous avons donc choisi de faire nous aussi de la radio et en même temps de faire tout autre chose.»

Cette originalité passe par le contenu, évidemment. La première émission sera consacrée aux images. La discussion va s'organiser autour de la couverture journalistique de la tragédie haïtienne. «Des blogueurs ont commencé à parler d'"emo-journalisme", comme on parle d'"emo-music" à propos de la pop sirupeuse», dit l'animateur en désignant la tendance des reporters à se mettre en scène au milieu d'un drame. Les envoyés spéciaux des médias québécois ont beaucoup, beaucoup pratiqué l'emo-journalisme depuis un mois. Des photographes pratiquant autrement la couverture internationale se joindront à la discussion, qui se terminera par une chronique sur le choc des représentations imagées en utilisant notamment le Caravage et Manet.

L'ovni télévisuel peut être aperçu de partout à partir du site voxtv.ca. «On se situe à Québec, mais on parle du monde, résume encore Matthieu Dugal. La semaine prochaine, nous allons examiner la foi chez les jeunes. On sera toujours dans les sujets dont tout le monde se fout, finalement... »