Les salles de spectacle abandonnent Eddy Toussaint

Eddy Toussaint, 76 ans, a été inculpé le 20 juillet dernier pour agression sexuelle, avant d’être remis en liberté sous conditions.
Photo: Jacques Grenier Archives Le Devoir Eddy Toussaint, 76 ans, a été inculpé le 20 juillet dernier pour agression sexuelle, avant d’être remis en liberté sous conditions.

L’étau se resserre autour du chorégraphe de renom Eddy Toussaint, moins d’une semaine après que son arrestation eut été rendue publique. Alors que la police de Laval confirme traiter de nouvelles plaintes le visant, les salles préfèrent redoubler de prudence en déprogrammant ses spectacles.

Création originale d’Eddy Toussaint, le spectacle Dracula devait être présenté à la Maison des arts de Laval en octobre, mais la Ville a décidé de suspendre la vente de billets « afin de prendre le temps d’analyser l’ensemble des impacts occasionnés par les accusations majeures portées contre M. Toussaint ». Les représentations de Casse-Noisette en décembre au théâtre Marcellin-Champagnat ont aussi été annulées dans les derniers jours par le diffuseur pour les mêmes raisons.

La compagnie, qui porte le nom d’Eddy Toussaint, craint maintenant pour sa survie, et espère à tout le moins que la Ville de Laval changera son fusil d’épaule. « C’est injuste de faire payer les danseurs, les bénévoles et tous les autres gens qui ont travaillé très fort pour ce spectacle. Surtout après deux ans de COVID », s’est désolée Nathalie Marcotte, l’une des administratrices de la compagnie.

Amie de longue date du célèbre chorégraphe, Mme Marcotte assure qu’Eddy Toussaint n’était pas directement impliqué dans la préparation de ces deux spectacles, même si son nom apparaissait sur l’affiche. Elle ajoute que M. Toussaint a choisi de se retirer de ses fonctions à la suite de son arrestation cet été, bien qu’il soit toujours bien en vue, encore aujourd’hui, sur le site Internet de la compagnie.

Après être restée évasive sur ses intentions en début de semaine, la troupe de danse a finalement indiqué mercredi qu’elle adoptera un nouveau nom ce dimanche afin de marquer une distance avec son illustre fondateur. Une décision que l’on dit avoir prise à regret.

« On se dit que c’est jusqu’à ce que la vérité soit rétablie. Mais malheureusement, il se peut qu’il y ait des dommages à long terme à cause du tribunal populaire », s’attriste Nathalie Marcotte, qui croit dur comme fer à un complot orchestré par « quelqu’un qui a déjà fait beaucoup de mal dans l’entourage de M. Toussaint ».

D’autres plaintes

L’école de danse Eddy Toussaint, qui a déménagé à Laval en 2016, changera elle aussi de nom. Celle-ci accueille actuellement une centaine d’élèves, dont plusieurs enfants, mais on reconnaît « quelques désinscriptions » depuis que l’affaire a été relayée dans les médias.

Eddy Toussaint, 76 ans, a été inculpé le 20 juillet dernier pour agression sexuelle, avant d’être remis en liberté sous conditions. Un jeune danseur dans la vingtaine, qui était sous sa responsabilité, l’accuse d’avoir fait pression sur lui pour avoir des relations sexuelles. Les faits remontent entre 2015 et 2017, alors que la victime présumée tentait de percer dans le milieu de la danse professionnelle. Le chorégraphe fait aussi face à un deuxième chef d’agression sexuelle. Il doit retourner en cour le 5 octobre prochain.

La semaine dernière, le Service de police de Laval (SPL) a publié un communiqué laissant entendre qu’Eddy Toussaint aurait pu profiter de sa position d’autorité pour user du même stratagème et avoir des relations sexuelles non consentantes. Les policiers appelaient les autres possibles victimes à entrer en contact avec eux. Depuis, le SPL dit effectivement avoir reçu d’autres plaintes, sans en préciser toutefois le nombre.

D’origine haïtienne, Eddy Toussaint est considéré comme un pionnier du ballet au Québec. Il est devenu une véritable vedette dans le milieu de la danse au cours des années 1980, avant de partir travailler à l’étranger, en Floride entre autres. Il est de retour au Québec depuis une dizaine d’années.

Avec Stéphanie Marin

À voir en vidéo