Bach fait danser la salle Bourgie

Le chorégraphe brésilien Alex Neoral
Photo: Marie-France Coallier Le Devoir Le chorégraphe brésilien Alex Neoral

Pour la troisième fois, le chorégraphe brésilien Alex Neoral vient au Festival Quartiers danses (FQD) avec sa compagnie Focus Cia de Dança afin de présenter son triptyque sur la musique de Jean-Sébastien Bach. Il propose une soirée un peu spéciale, puisque celle-ci sort des salles de danse habituelles et s’installe à la salle Bourgie.

« J’ai rencontré Rafik Hubert Sabbagh, le directeur artistique du Festival Quartiers danses, en 2015. Il était alors en visite à Rio de Janeiro et m’a tout de suite proposé de créer une pièce pour la salle Bourgie », raconte Alex Neoral.

Dès sa première saison, il y a maintenant 11 ans, la salle Bourgie a accueilli d’autres formes d’art que la musique. « On programme occasionnellement du cinéma, du cirque, de la littérature… énumère Isolde Lagacé, directrice générale et artistique des lieux. Avec le FQD, ça s’est fait tout naturellement. Ainsi, on essaye de présenter au moins un spectacle à chaque édition. »

Pouvant accueillir jusqu’à 462 personnes, la salle Bourgie est une salle assez petite comparée à d’autres à Montréal. « Sur la scène, seules des petites formations peuvent être accueillies. On parle de 15-20 personnes maximum pour de la musique et moins d’une dizaine pour la danse », explique Mme Lagacé. Une limite qui convient tout à fait à M. Neoral, qui avait déjà monté deux pièces avec un nombre réduit de danseurs. « In-finito, je l’ai créée exprès pour le festival, et on l’a montrée une première fois en 2016 », explique le chorégraphe qui a fondé sa compagnie en 2000.

Pour Mme Lagacé, la salle Bourgie « est originale et très aimée par le public ». « Ses grands vitraux font que la luminosité change selon l’heure de la journée, puis les sièges sont très confortables, ça crée une atmosphère très intimiste. »

De plus, le caractère symbolique du lieu, qui est une ancienne église transformée en salle de concert, « plaît beaucoup » à M. Neoral. « Malheureusement, c’est l’inverse qui se passe au Brésil : les théâtres, les salles de concert… deviennent des églises. Et pas des églises historiques, des églises de fanatiques, c’est une honte », déplore-t-il.

Danse musicale et musique dansante

 

L’inspiration primaire d’Alex Neoral, dans toutes ces créations, c’est la musique. Pour son programme triple, le fameux Jean-Sébastien Bach « a touché son coeur ». Une rencontre qui s’est pourtant faite tardivement, alors que M. Neoral était déjà un danseur professionnel. « Quand j’ai commencé à écouter ses oeuvres, je voyais la danse, la chorégraphie, les mouvements. Mon corps bougeait tout seul, dessinait dans l’espace. Bach est l’un des compositeurs qui me font créer facilement », livre celui qui a aussi monté plusieurs pièces sur Steve Reich.

Pour M. Neoral, Bach, ce « n’est pas n’importe quelle musique ». « Ce sont des mélodies qui ont traversé les siècles, qui ont été analysées et travaillées par énormément de personnes à travers le monde, c’est fort », poursuit-il. Cet attrait pour la musique classique a d’ailleurs pesé dans la balance pour la présentation à la salle Bourgie. « Promouvoir et programmer de la musique classique, c’est notre mission », raconte celle qui a mis sur pied la salle Bourgie l’année de la naissance de la Maison symphonique.

Dans Focus danse Bach, les trois musiciens (violon, violoncelle et clavecin) viennent du Québec. Ils ont d’ailleurs été sélectionnés par Mme Lagacé : « C’est ma job, je connais tous les musiciens classiques du Québec, leurs forces et leurs spécialités. » Une expertise « très appréciée » par le chorégraphe, qui estime que le niveau technique des musiciens d’ici « est très haut ».

Côté danse, le chorégraphe a dû adapter sa pièce, puisque ce ne sont pas les mêmes danseurs que dans la première partie, en 2016. Il a même travaillé cette année avec deux danseurs de Montréal, à distance, grâce à des plateformes de rencontre virtuelles. Quelles que soient l’origine et la formation des danseurs, « c’est toujours un nouveau spectacle », selon le créateur. « Même si on garde la même chorégraphie, ça change. On fait de l’art vivant, et c’est ça qui est beau, explique celui qui travaille aussi beaucoup avec l’improvisation. Ça me permet de vraiment créer avec eux et pour eux, selon leurs talents, leurs spécificités corporelles, etc. Ça amène une diversité de mouvements, et c’est très important pour moi. »

Enfin, pour M. Neoral, danser sur de la musique en direct est un réel défi. « On fait travailler deux arts du vivant ensemble, ça crée plus de tensions, il peut y avoir des erreurs, des accélérations de tempo, du côté de la musique ou de la danse, des oublis, un silence malencontreux, conclut-il. Mais c’est la beauté de la chose. Je cherche à créer un vrai dialogue entre la danse et la musique. »

Focus danse Bach

Focus Cia de Dança. Chorégraphie d’Alex Neoral. À la salle Bourgie, le 16 septembre à 20 h.

À voir en vidéo