10 spectacles à voir sur la scène et sur la piste

Une scène de «Corteo», du Cirque du Soleil. 
Photo: Maja Prgomet Une scène de «Corteo», du Cirque du Soleil. 

aWokeningde Winnie HoWinnie Ho s’est immergée dans sa relation personnelle, difficile et distante, avec son lieu de naissance, Hong Kong. Désireuse de mettre en avant les complexités de sa diaspora, elle se questionne sur la connexion aux racines une fois l’arrivée sur une nouvelle terre, à travers notamment l’utilisation du wok. Avec aWokening, elle examine aussi son identité queer et la livre au public. À l’Agora du coeur des sciences du 21 au 25 septembre.

Dérives, de Lucie Grégoire Artiste emblématique de la danse contemporaine au Québec, la chorégraphe et interprète Lucie Grégoire dévoile cet automne son solo Dérives. Elle y incarne les dérives d’un monde, mais aussi les dérives personnelles, en habitant l’espace, avec poésie, sur la musique de la violoncelliste islandaise Hildur Guðnadóttir. À l’Agora de la danse du 28 septembre au 1er octobre.

Le sacre du printemps, de Pina Bausch Voici un grand classique à ne pas manquer. Cette version de la regrettée et mythique Pina Bausch reprend l’essence de son Sacre de 1975, chef-d’oeuvre de Stravinski, avec une trentaine de danseuses et de danseurs issus de 14 pays africains. Pendant des mois, la chorégraphe allemande a transmis son oeuvre à l’École des Sables, au sud de Dakar, fondée par la célèbre Germaine Acogny. Au théâtre Maisonneuve du 5 au 8 octobre.

Danses buissonnières Pour découvrir les talents de demain, il faut se rendre à Danses buissonnières. Cinq artistes récemment diplômés y présentent leur première création chorégraphique professionnelle. Des soirées éclectiques qui leur permettent d’explorer une création personnelle pendant une dizaine de minutes pour toucher une toute première fois le public. À Tangente du 8 au 11 octobre.

The Day the Wild Cried, de Kimberley de Jong + Jason Sharp L’eau, le désert et le métallique ont inspiré Kimberley de Jong et Jason Sharp pour leur création The Day the Wild Cried. Tel un voyage à travers trois paysages, le musicien et la danseuse puisent aussi dans les représentations de la ville et du capitalisme qui les connectent. Ils apprennent alors à s’adapter et à survivre. À La Chapelle les 24, 25 et 28 octobre.

Translucide, de Mecdy Mystic Rootz, et Kisiskâciwan, de Jeanette Kotowich Durant cette soirée double, vous pourrez plonger dans l’univers mystique de Mecdy Mystic Rootz. Entre le monde des esprits et le monde physique, il utilise son corps dansant pour trouver des réponses à sa vie. En deuxième partie, Jeanette Kotowich voyage à l’intérieur d’elle et de ses origines métisses. Inspirée par ses étés dans la vallée Kah-tep-was, elle incarne les ressentis de ce passé. À Tangente du 2 au 6 novembre.

Photo: Emmanuel Burriel Ghost Light, de Machine de cirque.

Dog Rising, de Clara Furey Un trio d’interprètes élabore un rituel hypnotique, imitant à la fois les flux énergétiques et la vie elle-même. Ensemble, les trois danseurs dessinent avec leur corps une spirale incessante pour interpeller le public. Avec Dog Rising, la chorégraphe Clara Furey poursuit sa recherche après Cosmic Love (2017), où elle s’inspirait déjà de phénomènes kinesthésiques et physiques. À l’Usine C les 10 et 12 novembre.

Mon île, mon coeur, des 7 doigts Dans un tout nouvel espace, le Studio-Cabaret de l’Espace St-Denis, la compagnie des 7 doigts présentera son spectacle Mon île, mon coeur. Entre premier amour et nouvelle flamme, celui-ci évoque le parcours d’un nouveau venu, guidé jusqu’à Montréal. Un spectacle sur les émotions et le voyage qui rend aussi hommage à la métropole et à son fleuve à travers du cirque acrobatique, du théâtre et de la danse. Au Studio-Cabaret – Espace St-Denis du 8 au 25 septembre.

Ghost Light. Entre la chute et l’envol, de Machine de cirque Présenté en première montréalaise et comme dernier arrêt de sa tournée, le spectacle Ghost Light. Entre la chute et l’envol met en lumière deux artistes et leur planche coréenne modifiée. Celle-ci, qui tourne à 360 degrés, leur permet aussi de concevoir, en direct, la trame musicale. Les sons captés par les micros positionnés directement sur la planche font alors office d’ambiance sonore. À La Tohu du 9 au 12 novembre.

Corteo, du Cirque du Soleil Pendant la période des Fêtes, retrouvez le Cirque du Soleil ! La mythique compagnie revient à Montréal pour faire (re)découvrir Corteo. Divertissement et impulsivité seront alors au rendez-vous dans cette pièce qui divague entre ciel et terre et qui rend hommage au clown Mauro. Au Centre Bell du 21 décembre 2022 au 1er janvier 2023.

À voir en vidéo