Un faux pas des Grands Ballets canadiens?

En réaction à la programmation de la nouvelle saison des Grands Ballets canadiens de Montréal, une pétition a été lancée sur les réseaux sociaux. 
Photo: Mauro Pimentel Agence France-Presse En réaction à la programmation de la nouvelle saison des Grands Ballets canadiens de Montréal, une pétition a été lancée sur les réseaux sociaux. 

« Une ode à la femme » au sortir de l’an #MoiAussi ? L’idée aurait pu être bonne. Mais la programmation de la 62e saison des Grands Ballets canadiens de Montréal (GBC) fait controverse en présentant la femme comme symbole, thème et objet de séduction, alors qu’une seule signature chorégraphique féminine en fait partie.

La vision de la féminité, dans les mots comme les photos, y est jugée par plusieurs comme déconnectée de la discussion sociale, « rétrograde », « macho », ou « opportuniste ». Au point que danseurs et observateurs des GBC brisent, pour marquer leur désaccord, le code du silence qui régit encore le monde du ballet.

La saison 2018-2019, présentée à l’encre rose comme une « ode à la femme », ne comptera qu’une seule d’entre elles, Cathy Marston, sur les six spectacles et huit chorégraphes annoncés. Pour la soirée Femmes, les oeuvres seront signées par trois hommes : Douglas Lee, Medhi Walerski et Marwik Schmitt.

En réaction, une pétition a été lancée par la chorégraphe torontoise Kathleen Rea sur les médias sociaux. « Nous vous demandons d’ajouter une chorégraphe féminine au programme Femmes et de laisser une femme raconter sa propre histoire à travers la danse », lit-on dans la missive, qui avait récolté plus de 2000 signatures lundi au moment où ces lignes étaient écrites.

Omertà

« Je sais que je commets un suicide professionnel si j’émets une opinion négative envers les GBC à visage découvert », a indiqué une des personnes interviewées — qui, comme tous ceux qui ont parlé au Devoir et sont encore en relation d’affaires avec la compagnie, a demandé l’anonymat par crainte de représailles. « Les GBC sont encore teintés de cette époque où la soumission demandée aux danseurs était quasi totale. »

« Nous n’avons pas la permission de commenter ni de parler de manière négative de la compagnie, sans quoi nous risquons d’être pénalisés », avance un danseur. « Ça ne m’a jamais dérangé auparavant, car j’aime profondément les Grands. Mais je suis embarrassé de voir la direction que nous prenons. Nous étions un des leaders du monde de la danse et, aujourd’hui, nous donnons l’exemple parfait de ce qu’il ne faut pas faire. »

Le directeur artistique des GBC depuis juillet 2017, Ivan Cavallari, a affirmé au Devoir avoir été surpris par la pétition. « On ne fera pas de dévoilement de la programmation 2019-2020 maintenant, mais des négociations avec des chorégraphes femmes sont en cours », précise-t-il, rappelant les présences de Bridget Breiner et d’Annabelle Lopez Ochoa dans la saison 2017-2018. « C’est un dialogue qu’on commence maintenant et qui va continuer », indique celui qui a pris l’initiative de rencontrer prochainement l’auteure de la pétition.

Il défend par ailleurs la présentation de sa saison. « Sur la photo [de la soirée Femmes], il y a trois hommes entourés de glace, décrit M. Cavallari. La glace, c’est l’eau; l’eau, c’est la vie ; et la vie nous amène à penser la femme non pas comme femme fatale, mais simplement comme une femme, comme dans les sociétés autochtones, où elle avait la responsabilité de garder l’eau. Une responsabilité de vie. Une figure centrale dans les sociétés. »

Femmes de ballet

« Je ne m’offusque pas de voir des créateurs masculins dans un hommage fait aux femmes, explique de vive voix Kathleen Rea. Je suis offensée que les femmes soient exclues de la conversation. »

D’autant que le milieu de la danse, et particulièrement du ballet, ne serait pas exempt de sexisme, selon Gabrielle Lamb, ex-soliste de GBC. « Les hommes ont la vie beaucoup plus facile en ballet parce qu’ils sont plus rares. Ils ne sont pas contraints à la même rigueur d’entraînement. »

Émilie Durville, ex-première soliste partie en 2013, poursuit : « Dans le milieu professionnel, on ne dira jamais à un homme de faire plus de pompes pour gagner du muscle et de mieux porter sa partenaire. Mais on dira à une femme de maigrir pour être portée plus facilement. » Les carrières des hommes sont moins marquées par la compétition, complète Mme Lamb, et ils sont plus confiants en position d’autorité.

Des positions qu’ils occupent plus souvent. Depuis sa fondation en 1957 par Ludmilla Chiriaeff, dont le surnom affectueux était Madame, les GBC ont compté quatre directrices artistiques et sept directeurs artistiques, en comptant chacun des membres des codirections. Sur les 332 chorégraphies du répertoire, 52 étaient signées par des femmes, 269 par des hommes, 7 étaient des créations mixtes (et 4 créateurs n’ont pu être trouvés dans notre recherche de données).

Mourir d’amour (sur pointes)

« Plus de 50 % du public est composé de femmes. Peut-être qu’elles apprécieraient une nouvelle perspective sur le féminisme et la féminité », souligne Gabrielle Lamb, qui rappelle que dépeindre les femmes par les yeux des hommes n’a rien de nouveau dans le ballet. « L’héroïne standard est une petite ingénue qui meurt le coeur brisé, ou se suicide, parce qu’elle ne peut avoir son homme. » Comme dans les classiques Lac des cygnes et Giselle, qui complètent la programmation prochaine des GBC, au côté de L’amant de Lady Chatterley, de Mme Marston.

La saison axée sur les femmes aurait « pu être une belle réponse à ce qui se passe socialement, ces mouvements Time’s Up et #MoiAussi, ces marches de femmes, mais la façon dont elle est présentée est quasi insensée », avance un danseur actuel des GBC.

« Je vois cette saison-là comme un beau mélange d’ignorance, d’arrogance, de déconnexion totale des discussions sociales de la dernière année et du fait qu’on est au Québec, où les femmes sont complètement intégrées, et pas juste comme objet et objet de séduction, à la société et à la culture », poursuit un autre intervenant de la compagnie. « Les GBC sont une institution culturelle qui devrait avoir une voix nationale et internationale, qui représente les valeurs du Québec. »

13 commentaires
  • Serge Lamarche - Abonné 6 mars 2018 03 h 06

    Du balais, quoi

    Mais les ballets classiques présentent des choses du passé dès le départ, non? N'y a-t-il pas des ballets modernes de toutes sortes qui présentent les femmes de façon très originales et faits par les femmes?
    C'est quoi l'idée de vouloir suivre le vent du jour? Il y en a marre des femmes qui se plaingnent sans arrêt. Tiens, ça c'est très femme.

    • Jany Bourget - Abonnée 6 mars 2018 09 h 28

      Comme c'est beau un homme qui se plaint d'une femme qui se plaint.

      Un art qui ne sait rester pertinent mérite la poubelle tout comme vos réflexions infectes.

      C'est facile de mépriser ceux qui s'expriment pour améliorer leur sort quand on a tout cuit dans le bec et qu'on fait partie de la couche la plus privilégiée de la société.

      Vous n'avez pas la légitimité de vous plaindre contrairement à ces femmes. Le bébé gâté du millénaire sans aucune conscience de ce qu'il est.

    • Louise Collette - Abonnée 6 mars 2018 11 h 17

      Jany Bourget
      Merci, vous avez bien répondu, ce que je n'ai pas fait, j'avais peur de ne pas être publiée... ;-)

    • Pierre Samuel - Abonné 6 mars 2018 11 h 41

      Parfaitement d'accord avec votre commentaire, Madame Bourget.

  • Ludovic Fouquet - Abonné 6 mars 2018 09 h 30

    vision rétrograde

    je suis content de lire que la campagne de communication des ballets fait réagir et depuis l'intérieur même de l'institution ! car j'avais été attéré en regardant la vidéo de présentation !! que des clichés, et une vision de la femme rétrograde épouvantable. j'avais même trouvé culotté de parler d'une ode à la femme avec des telles clichés (le lac des cygnes, giselle) et effectivement peu de chorégraphes femmes. mais ce qui me choqué été surtout la vision de la femme que ça présentait, une poupeée sur pointe empoussierée !!! et lire la défense faite autour du symbole de la femme comme gardienne de l'eau (à propos d'un des clichés de saison) : AU secours !!!

  • Martin Bouchard - Abonné 6 mars 2018 10 h 11

    Evolution

    Cher Serge, arrête de te plaindre que les femmes se plaignent et évolue un peu. Sort de ton carcan. Ouvre les fenêtres de ton esprit et aère ton cerveau.

  • Donald Jeannotte Englehart - Inscrit 6 mars 2018 10 h 34

    Ode?

    Ode aux femmes fait par les femmes Ha bon!

    • Pierre Samuel - Abonné 6 mars 2018 13 h 47

      @ Donald Jeannotte Englehart :

      Pourriez-vous être plus explicite, cher Monsieur ?

  • Mathieu Lacoste - Inscrit 6 mars 2018 12 h 06

    La laideur à meilleur goût…

    Soit que l'on réserve la programmation pour les spectatrices en interdisant aux hommes d'y assister, soit que l'on interdise aux femmes d'être ballerines soit que l'on donne un physique de sumo à ces dernières pour que cessent les regards concupiscents…

    • Mariane Cayer - Abonnée 6 mars 2018 14 h 14

      J'aimerais beaucoup comprendre le lien de votre commentaire avec le sujet de l'article. Il y a bien peu en lien avec la concupiscence et le physique des femmes, mais beaucoup avec la vision du corps des femmes par les hommes et le fait que ce sont eux qui racontent des histoires sur les femmes et non les femmes elles-mêmes. Et même si les ballerines avaient des silhouettes de sumo, il y aurait quand même des hommes pour les couvrir de regards concupiscents et écrire des histoires sur elles, ça ne changerait rien.