Visite virtuelle du futur Wilder Espace Danse

Aperçu du futur Wilder Espace Danse
Photo: Lapointe, Magne et associés Aperçu du futur Wilder Espace Danse

Le paysage construit bordant la place des Festivals changera bientôt de visage. L’édifice Wilder, face au cinéma Impérial, se fondera dans un nouveau complexe dédié à la danse et à la culture, Le Wilder Espace Danse. Deux annexes imposantes viendront s’y greffer pour héberger les studios des Grands Ballets canadiens (GBC), une salle de diffusion partagée par Tangente et l’Agora de la danse ainsi que l’École de danse contemporaine de Montréal (EDCM). L’ouverture est prévue à l’été 2016.

« C’est un projet complexe, dit l’architecte Michel Lapointe, de la firme Lapointe Magne. Il s’agissait de créer un tout avec des éléments multiples », dont un bâtiment industriel et commercial de 1918 « plutôt limitatif », avec ses hauteurs de plafond restreintes et « sa trame structurale très régulière ». Comment faire du neuf avec du vieux pour un lieu de culture ? C’est un peu la spécialité de la firme Lapointe Magne, qui a notamment conçu l’Espace libre et le Musée McCord.

Penché sur ses plans, l’architecte nous montre l’annexe nord, qui vient se lover au creux du « L » que forme l’actuel Wilder, et l’annexe sud, qui comble (presque tout) l’écart le séparant de la Maison du festival.

Cette aile abrite notamment les huit studios des Grands Ballets canadiens (GBC) et de leur nouveau Centre national de danse-thérapie (CNDT) — dont un plus vaste destiné au peaufinage final des oeuvres avant leur baptême scénique. Elle s’élève comme un escarpin enveloppé de verre sérigraphié, laissant un espace pour la rampe d’accès de la Maison du festival et pour y faire entrer la lumière. L’Agora de la danse y compte aussi un grand studio de création au sous-sol (la hauteur débordant au rez-de-chaussée) qui servira ponctuellement à la diffusion de spectacles. Son enveloppe de bois orangé filtre à travers le verre depuis la façade de la rue de Bleury.

L’annexe nord, c’est la maison de la danse contemporaine avec sa salle de diffusion partagée entre l’Agora et Tangente au premier étage, un studio laboratoire au sous-sol pour ce dernier et les quatre studios de l’EDCM. Sa structure a été dessinée légèrement en retrait de la rue et un brin désaxée.

« C’est la danse contemporaine qui ne veut pas se ranger, explique M. Lapointe en souriant, comme si le bâtiment initiait un mouvement. Il veut bouger. »

Une des aires de circulation donnant accès à la salle de spectacle est complètement vitrée, en saillie, donnant sur la rue de Bleury, telle une coulisse ouverte au regard des spectateurs urbains.

Entre les deux annexes, le Wilder revampé fera le pont et abritera les locaux administratifs et l’accueil des quatre organismes, ainsi que les bureaux du ministère de la Culture, du Conseil des arts et des lettres du Québec et de la Régie du cinéma.

Du côté de la place des Festivals, le vieil édifice montrant sa face la plus massive et la moins accueillante, l’architecte a posé un geste qui réglait du même coup le défi que posait sa maçonnerie difficile à isoler.

« On a essayé de lui donner une nouvelle dimension en mettant une peau de verre devant », dit-il. Le jour, on distinguera l’ancienne façade et sa peau servira d’immense écran de projection le soir venu.

Collage

Alternance de maçonnerie et de verre, l’ensemble s’annonce un peu hétéroclite et de l’ancien Wilder on garde surtout sa plus petite — et plus belle — façade, côté de Bleury. « C’est un jeu de plans, de textures, de vides et de pleins, qui reproduit un peu le collage urbain de nos rues », indique M. Lapointe.

Au fond, cet amalgame reflète la nature du complexe : abritant quatre joueurs du monde de la danse aux missions bien distinctes de diffusion, d’enseignement, de création et de production, entre ballet néoclassique et danse contemporaine. « Chaque bâtiment est à la fois partie prenante et individuelle », souligne le concepteur.

Le projet transformera le paysage encore « troué » de ce secteur-clé du Quartier des spectacles. Et il fera oublier le passé trouble du Wilder. Promis à la démolition à la fin des années 1990, l’édifice a ensuite été longtemps abandonné, avant que n’émerge ce projet de complexe culturel et dansant vers 2008, lui-même ballotté et reporté au gré des changements de gouvernement.

Ces délais auront au moins permis d’y intégrer l’Agora (occupant non prévu au départ). Un ajout tardif au casse-tête architectural déjà complexe, qui vient finalement densifier l’occupation des espaces publics.

« Ça vient renforcer la dynamique du projet. Au début, c’était très ségrégué, chacun était dans ses quartiers, et là, ç’a donné beaucoup plus de polyvalence, de mixité, de partage. Je pense que c’est très positif. Et ça justifie davantage l’infrastructure. »

En bout de course, le sauvetage du Wilder en valait-il la chandelle, vu son état de délabrement avancé ? Plusieurs pensent tout bas que non. Sans trancher, l’architecte célèbre plutôt le résultat inédit qui découle de toutes ces contraintes.

« On arrive à quelque chose hors du commun parce qu’on doit s’adapter, alors que, quand on construit tout, on essaie de niveler les contraintes. »

Le complexe en chiffres

4 organismes de danse, 1 café, 1 restaurant

1 salle de spectacle de 250 places

14 studios, dont 3 conçus pour la création et aussi utilisés pour la diffusion

Budget :

Budget global 99,2 millions de dollars

43,2 millions versés par le ministère de la Culture et des Communications

23,2 millions investis par la Société québécoise des infrastructures (SQI), maître d’oeuvre du projet et propriétaire du terrain

7 millions versés par Ottawa

25,8 millions amassés grâce à une collecte de fonds organisée par les organismes