La compagnie de danse montréalaise Cas public a du succès à l’Opéra Bastille

Paris — La compagnie de danse contemporaine montréalaise Cas public, d’Hélène Blackburn, a effectué avec succès cette semaine son retour à l’Opéra Bastille, où elle a présenté son spectacle Gold.


Destinée au jeune public, cette chorégraphie pour cinq danseurs était à l’affiche jusqu’à vendredi soir à l’« amphithéâtre », la deuxième salle (500 places) du temple parisien du chant lyrique. C’est la deuxième fois qu’Hélène Blackburn et sa troupe se produisent à Bastille. En 2006, Cas public y avait joué Barbe bleue, d’après le conte de Charles Perreault, qui avait remporté un très joli succès critique et public.


« Ça s’est encore mieux passé avec Gold. La réaction a été plus forte, plus étonnante », a raconté la chorégraphe, en évoquant les cinq rappels qui ont marqué la fin du spectacle lors de la première, mercredi soir.


Signé par Hélène Blackburn et Pierre Lecours, Gold revisite les Variations Goldberg de Bach, dans la version culte du pianiste canadien de génie Glenn Gould. Les danseurs détournent des objets que les enfants utilisent tous les jours. La scène devient alors un « véritable lieu d’affrontement entre le réel et ses illusions, un jeu de cache-cache », explique la compagnie.


L’amphithéâtre de l’Opéra Bastille est une salle en hémicycle : le spectacle a été adapté à cette configuration inhabituelle. « On a l’habitude des salles à l’italienne, avec un public face à la scène, mais on a rarement l’occasion de jouer avec un public sur trois côtés, explique la chorégraphe. On a modifié le spectacle spécialement pour cette salle, qui permet de le montrer sous des angles jamais vus. On a découvert que certaines choses fonctionnaient mieux dans ces angles, alors on va les garder. »


Cas public aura l’occasion de montrer ces nouveaux points de vue, puisque la compagnie poursuit en Alsace jusqu’au 8 mai sa présente tournée française. Créé en 2011, Gold a depuis été présenté presque sans relâche à travers l’Europe. Une nouvelle tournée de 15 semaines est déjà prévue pour la prochaine saison.


Cas public est née en 1989. Vingt spectacles « adulte » et « jeunesse » plus tard, son succès ne se dément pas et sa réputation n’est plus à faire. « Nous sommes la compagnie canadienne jeunes publics qui tourne le plus sur la scène internationale », clame Hélène Blackburn.


Celle-ci prépare maintenant sa nouvelle création, avec Pierre Lecours encore une fois : une « symphonie dramatique », inspirée du Roméo et Juliette de Berlioz, et qui verra le jour en 2014.