La flamme d’un art vivant au premier Festival flamenco Montréal

<div>
	La guitariste Caroline Planté, DJ J. Godino et le danseur Mariano Cruceta seront du Festival flamenco Montréal, jusqu’au 22 septembre.</div>
Photo: Palero & Lamban
La guitariste Caroline Planté, DJ J. Godino et le danseur Mariano Cruceta seront du Festival flamenco Montréal, jusqu’au 22 septembre.

Dans la mouvance de son ébullition festivalière, Montréal compte dorénavant le Festival flamenco Montréal (FFlaM), qui se déroule entre autres au théâtre Rialto et au Gesù, du 15 au 22 septembre. Un vrai festival comprenant des classes de danse et de guitare, une exposition de photos, un festival de films et quatre concerts dignes de mention : Los Flamenguitos del Norte, Cafe Cantante, Javi Gomez et Caroline Planté & Cruceta Flamenco. Une initiative très heureuse qui porte la flamme d’un art très vivant.

« Nous avons voulu faire venir des jeunes talents qui sont moins connus. Normalement, les artistes qui viennent sont toujours les mêmes », explique d’entrée de jeu l’organisateur Benoît Bigham. Son adjointe Caroline Planté en rajoute : « Le but était aussi de les produire dans des théâtres qui leur rendent hommage ». À ce chapitre, on peut d’ores et déjà constater que la mission est accomplie.
 
Caroline Planté est également cette guitariste montréalaise qui est maintenant directrice musicale de la compagnie de danse madrilène Cruceta Flamenco. Il y a deux ans, elle a fait paraître en Espagne 8 reflexiones, un superbe disque à l’enseigne de la génération post-Ketama qui intègre du rap et des touches de jazz et d’électro à son art fluide. Dans le cadre du FFlaM, Cruceta Flamenco s’amène pour la première fois au complet avec DJ J. Godino et le chanteur montréalais Marcos Marin pour la présentation de La diosa impura, la déesse impure, une œuvre inspirée par… l’inspiration.
 
Mariano Cruceta, danseur-chorégraphe et directeur artistique de Cruceta Flamenco, explique le concept : « Nous voulons retracer les significations du mot “ inspiration ” à travers la relation entretenue par Caroline et son père qui sera avec nous sur scène. » Il parle de Marcel Planté, dit « El Rubio », guitariste de flamenco de la première heure et valeureux pionnier qui a tout connu du flamenco à Montréal, depuis la période où de grandes troupes espagnoles pouvaient s’installer six mois au théâtre Empress dans les années 1960.
 
La troupe de cette année vient de Toronto et s’appelle Los Flamenguitos del Norte : une douzaine de joyeux drilles qui chantent, dansent et grattent la guitare dans les rues, les bars et même sur les Bixi. De Séville s’amène aussi l’excellent guitariste pédagogue Javi Gomez dans une formule plus traditionnelle, alors que les Montréalais de Cafe Cantante proposent une approche originale en traçant un pont entre l’Espagne et l’Afrique du Nord. Restent les jams au Dépanneur café et le party de clôture au Club espagnol. Olé !

***
 
Collaborateur