Louise Lecavalier reçoit le premier Prix de la danse de Montréal

L’interprète et chorégraphe Louise Lecavalier est la première lauréate du nouveau Prix de la danse de Montréal, une initiative de la danseuse Marie Chouinard.<br />
Photo: Pedro Ruiz - Le Devoir L’interprète et chorégraphe Louise Lecavalier est la première lauréate du nouveau Prix de la danse de Montréal, une initiative de la danseuse Marie Chouinard.

Icône, figure incontournable de la danse d'ici, Louise Lecavalier reçoit le premier Prix de la danse de Montréal. Celle par qui la danse québécoise s'est affirmée dans le monde, au sein de la compagnie La La La Human Steps, a accueilli la nouvelle avec une émotion palpable hier à l'Agora de la danse.

«J'ai beaucoup de danseurs tatoués sur le coeur», a-t-elle confié en distribuant les remerciements, notamment à ses partenaires Patrick Lamotte et Rick Gavin Tija, «parce que seule, on fait peu de choses», et au chorégraphe Édouard Lock. «C'est à son contact que j'ai reconnu la beauté.»

L'interprète reconnue mondialement pour sa fougue et sa rigueur technique a reçu de nombreux autres honneurs tel le prestigieux prix Bessie, en 1985, dans le sillage des pièces révolutionnaires Businessman et Human Sex de La La La Human Steps.

«Je savais qu'on avait trouvé un langage personnel, vrai, qui allait être essentiel pour la danse. C'était une période fantastique», a confié au Devoir la brillante interprète. Elle suit depuis 1999 sa propre voie artistique, accompagnée de fidèles chorégraphes comme Benoît Lachambre et Nigel Charnock.

Créés à l'initiative de la chorégraphe Marie Chouinard dans l'enthousiasme général du milieu, ces prix seront décernés annuellement à des artistes de la danse (individu, collectif ou compagnie) canadiens ou étrangers qui ont contribué de manière exceptionnelle à la danse en présentant une oeuvre sur le territoire de la ville de Montréal, au cours de l'année précédente.

«On veut que ce prix ait une envergure internationale, qu'on puisse dire "wow! il ou elle a reçu le Prix de Montréal"», a précisé la chorégraphe qui concrétise enfin une idée née au moment de recevoir son prix Bessie en 2000.

C'est la Compagnie Marie Chouinard qui a offert gracieusement les 5000 $ de la première bourse. L'instigatrice souhaite remettre une enveloppe plus substantielle à l'avenir et surtout, que les prix se multiplient. Le Conseil des arts et des lettres du Québec a d'ailleurs annoncé hier la création d'une seconde récompense pour 2012: le Prix du CALQ pour la chorégraphie de l'année, assorti d'un montant de 10 000 $.

La première et unique lauréate 2011 a été choisie à l'unanimité par le comité d'établissement des prix. Pour les années à venir, un jury sera formé par le conseil d'administration.