Danse - Érotique masculine

Quatre garçons autour d'un jeu naïf: que chacun montre le sien; qui a le plus gros? Ici, il s'agit d'un œuf que chacun dépose devant les trois autres. «Ces trois-là sont normaux, mais le tiens est carrément ridicule», dit l'un à celui qui a posé le plus petit.

Cette scène rigolote, livrée avec un naturel désarmant, ouvre Cock-Pit, dernière-née des pièces du Vancouverois Wen Wei Wang. S'ensuit une kyrielle de tableaux brefs, qui plongent le spectateur dans l'imaginaire érotique masculin.

L'utilisation de longues plumes de paon fixées tantôt à la tête, tantôt aux genoux, aux épaules ou au bassin des danseurs amplifie l'onde gestuelle. Et évoque cette curieuse fascination des mâles en devenir pour cette extension d'eux-mêmes. En découlent des scènes de combat de coqs ou d'épées, des duels lascifs ou des drôles de corridas.

Le chorégraphe a puisé sa matière première dans son passé chinois: le souvenir de l'intimité d'une chambre partagée avec quatre garçons à l'âge où la sexualité se révèle, coupée de toute présence féminine. Une femme viendra d'ailleurs attiser ou contrarier le désir des garçons danseurs.

L'alliage des plumes, de la musique atmosphérique de Giorgio Magnanensi et des éclairages de pénombre de James Proudfoot secrètent une humeur onirique, constamment mise en échec par le chorégraphe. Des qu'on est agacé par les jeux de plume à la limite de la complaisance, le chorégraphe a le génie de leur opposer des scènes plus réalistes, humoristiques ou extrêmement physiques. La danse déployée et vive de Wang exploite toutes les ressources du corps. Mais ces ruptures de ton lassent un peu à la longue. Et l'intensité croissante de la musique noie parfois la danse.

Reste que la sensualité ludique et l'intelligence de la danse de Wang frappent à nouveau avec force.
1 commentaire
  • Lucie Dumoulin - Abonnée 22 avril 2010 23 h 52

    Une représentation pleine de finesse

    Dans un environnement où la sexualité est partout mais de manière cheap et extrêmement superficielle, c'est stimulant de voir des artistes oser une démonstration aussi claire des pulsions sexuelles. D'autant plus qu'elle est faite avec finesse et humour. Agréable aussi de voir des hommes virils dans ce jeu. Bien qu'il soit un peu long, le spectacle est d'une grande richesse visuelle et plein d'originalité dans la gestuelle. Je pense que les adolescents gagneraient beaucoup à le voir: ça dédramatiserait leurs tourments!
    Lucie Dumoulin