Didier Chirpaz quitte l'École supérieure de ballet contemporain

Le codirecteur général, directeur artistique et pédagogique de l'École supérieure de ballet contemporain de Montréal (ESBCM), Didier Chirpaz, quitte ses fonctions après 13 années de règne périodiquement controversé. Il demeurera actif dans le milieu en offrant des services-conseils pour les écoles, les professeurs, les compagnies de ballet et les danseurs.

Pendant ses années à la direction, il a réalisé un train de réformes pédagogiques pour amorcer un virage plus contemporain au sein de la seule école du Québec à offrir une formation professionnelle en ballet classique. L'ancienne École supérieure de danse du Québec fondée par Ludmilla Chirieaff en 1966 est ainsi devenue l'École supérieure de ballet contemporain en 2006.

Ses réformes ont déclenché une crise qui a débordé dans les médias en 2003. Certains ont reproché au directeur — un ancien danseur étoile français — ses méthodes d'enseignement abusives et dépassées. La crise s'est estompée quand le ministère de la Culture et des Communications du Québec a conclu un protocole d'entente avec l'ESBC et que le directeur a cédé une part de la direction générale à un tiers.

L'école ressort toutefois de cette période de transformation avec un corps professoral remanié, souvent issu de grandes institutions telles que le Bolshoï de Russie et l'Opéra national de Paris. Ses finissants ont aussi souvent participé au prestigieux Monaco Dance Forum et y retournent encore cette année.

Pour assurer une transition, M. Chirpaz demeurera impliqué dans les tournées internationales 2009-10 du Jeune Ballet du Québec, la troupe d'insertion professionnelle de l'ESBCM. L'équipe administrative en place assurera l'intérim en attendant de lancer le concours d'embauche pour désigner un nouveau directeur.

À voir en vidéo