Danse - Danser de mères en filles

Les vernissages-danse du Studio 303 sont une formidable façon de découvrir le travail chorégraphique actuel. Jeunes de la relève et artistes aguerris s'y risquent. Réunis par un thème, ils testent leurs idées, profitent de la proximité du public et de l'intimité du studio. Les éclairages et les scénographies réduits imposent les petites formes, et la découverte est souvent au rendez-vous.

Pour son Vernissage-danse #141: Générations, le Studio 303 voulait réunir jeunes et plus âgés. Et voir ce qui advient de la danse lorsqu'elle se transmet de mères en filles.

Ginette Laurin, tête créatrice d'O Vertigo, propose la vidéo Coppia 2. Sur une musique de Jérôme Minière, Laurin parle des ressemblances parent-enfant et de continuité. Et se regarde dans ce miroir à travers son danseur de fils, Rémi Laurin-Ouellette.

Eryn DaceTrudell reprendra ses craquantes Mama Dances. Les danseuses Monica Gan et Audrey Lehouillier s'y produiront avec leurs Élodie et Zoé, respectivement sept et trois mois et demi. Ces tout petits rats apportent leur lot d'images tendres et d'imprévu.

Rituel et contacts

Deux invitées de New York se joignent au programme. Leigh Evans propose ses Traces, un parcours intérieur mariant butô, chanson et texte pour faire émerger le legs des générations précédentes. Presque un rituel. De l'autre côté du temps, Karen Bernard se lance dans une performance où elle devient VJ dansant. Dans Ouette | (?' et), elle gère sa caméra, son ordinateur, les transformations d'images qu'elle projette en même temps qu'elle danse... et qu'elle reste en contact avec sa famille sur Facebook. De quoi vieillir bien vite!

***

Collaboratrice du Devoir

***

Vernissage-danse #141: Générations

Chorégraphies de Karen Bernard, Eryn Dace Trudell, Leigh Evans et une vidéo de Ginette Laurin.

Au Studio 303, le 15 novembre.