L'organisation aura une subvention de six millions - Les Ateliers de danse moderne déménageront

Après sept ans de travail acharné et une quinzaine de propositions soumises au ministère de la Culture et des Communications (MCCQ), les Ateliers de danse moderne de Montréal (LADMMI) auront finalement un nouveau toit, érigé sur le terrain actuellement vacant à l'angle des rues Clark et Sainte-Catherine. Le MCCQ se joint à l'institution en injectant six millions de dollars dans le projet de construction, qui sera mené en partenariat avec la Société de développement de Montréal (SDM).

«Nous allons investir six millions pour doter LADMMI de locaux complètement adaptés à leurs besoins», a annoncé hier la ministre Line Beauchamp en conférence de presse devant une foule d'étudiants ravis. «La Société de développement de Montréal sera le maître d'oeuvre du projet. Il s'agit d'une formule de copropriété divise. À la fin de la construction, LADMMI seront propriétaires de l'édifice.»

La somme est tirée de l'enveloppe budgétaire réservée aux projets d'immobilisation du secteur culturel, selon une entente MCCQ-Ville de Montréal. La subvention au fonctionnement de l'école a été augmentée de près de 200 000 $ en septembre dernier, en prévision de l'emménagement dans les nouveaux locaux.

La nouvelle école sera au coeur du Quartier des spectacles (QS), à l'angle des rues Clark et Sainte-Catherine, sur le site de l'ancienne galerie Véhicule Art, foyer de l'art contemporain dans les années 70. La formule de partenariat avec la SDM est à l'image de ce que préconise le QS, a souligné le maire de l'arrondissement de Ville-Marie et responsable de la culture à la Ville, Benoit Labonté.

L'espace de studios doublera de superficie (2500 m2) par rapport aux locaux actuels, également situés rue Sainte-Catherine, dans l'édifice Belgo, et qui ne convenaient plus à cette institution d'enseignement professionnel de niveau collégial.

«Trouver un lieu qui corresponde aux besoins de la danse, c'est très difficile, surtout dans des locaux existants; ça prend de grands espaces, dégagés et sans colonnes», a expliqué au Devoir la directrice générale de l'établissement, Christine Bouchard, rappelant aussi la nécessité d'un environnement sain pour les danseurs, qui sont des athlètes autant que des artistes. Depuis 1997, elle a élaboré une quinzaine de scénarios de déménagement, dont le projet de carrefour culturel des 4C (avec le Théâtre de l'Opsis, l'École nationale de l'humour et Circuit Est), projeté d'abord près du Monument-National, puis au-dessus du métro Saint-Laurent et enfin sur l'esplanade de la Place des Arts, projet dont le changement de gouvernement a finalement eu raison.

«La construction nous permettra d'aménager des salles d'enseignement et de soutien à l'enseignement, des studios, un studio-labo [pour la préparation des spectacles], une médiathèque, une salle d'entraînement, tous essentiels à l'enseignement et à l'apprentissage», a-t-elle indiqué en réponse à l'annonce de la ministre, qui tombe à point pour souligner les 25 ans de l'école.

LADMMI espèrent amorcer la construction à l'automne prochain afin d'emménager au début de l'année 2009. Outre les locaux de l'école, l'édifice abritera des espaces commerciaux au rez-de-chaussée. La valeur totale du projet reste à définir, et la firme d'architectes, à désigner. Outre la contribution du MCCQ, l'école entend injecter deux millions de plus, notamment pour se doter d'autres locaux non directement liés à sa mission éducative mais qui bonifieraient le projet.

L'édifice n'accueillera pas d'autres organismes de danse, malgré les nombreuses demandes du milieu en matière d'équipements. La ministre a toutefois promis des annonces imminentes, notamment en ce qui concerne la Compagnie Marie Chouinard, avec laquelle un accord de principe a déjà été conclu pour sa relocalisation (l'édifice Aegidius-Fauteux est dans sa mire), et l'Espace chorégraphique Jean-Pierre-Perreault, inutilisé depuis deux ans.