À voir à la télévision le dimanche 8 janvier - Comme une toile de Chagall

Tonino Guerra est connu davantage comme le scénariste de Federico Fellini (Amarcord, Et vogue le navire), Michelangelo Antonioni (Blow Up, Zabriskie Point, Identification d'une femme) ou encore Andreï Tarkovski (Nostalghia). Auteur de contes pour enfants? En ce qui me concerne: première nouvelle.

C'est pourtant un de ses contes, magnifiquement illustré par Sergueï Barkhin (chef décorateur au Bolchoï, rien de moins), qui a séduit — et inspiré — le cinéaste français Francis Nielsen. Le chien, le général et les oiseaux, dont les dessins évoquent les plus belles toiles de Chagall, décrit, de manière poétique et dans un ton à la fois écolo et pacifiste, les tourments d'un vieux général — Guerra et Barkhin avouent que Marcello Mastroianni fut leur source d'inspiration... Pour freiner la mégalomanie guerrière de Napoléon Bonaparte, le général avait eu l'idée de brûler Moscou avec des oiseaux dont les ailes étaient enflammées. Les troupes napoléoniennes ont reculé mais les oiseaux, eux, n'ont jamais pu oublier ce sacrifice, même à Saint-Pétersbourg où l'homme s'est établi. Grâce à un chien fidèle et intelligent, qu'il surnomme justement Bonaparte, leur attitude désagréable (ils font tous leurs besoins sur son pauvre parapluie) va bientôt changer car, après avoir libéré la Russie, le général va maintenant s'attaquer au triste sort des oiseaux en cage.

Narré, très brièvement, par la voix chaude et caverneuse de Philippe Noiret, Le chien, le général et les oiseaux présente les combats de ce vieil homme hanté par son passé avec une belle naïveté et des dessins souvent maladroits, mais dont la beauté réside justement dans son imperfection. Cette fable farcie de personnages sortis d'un autre âge et d'une Russie qui n'existe plus ressemble à un rêve éveillé où les figures effilées de Chagall viennent nous prendre la main.

Cinéma / Le chien, le général et les oiseaux
Télé-Québec, 18h30

LE COURRIER DES ÉCRANS

Le courrier des écrans. Le meilleur et le pire des écrans, petits et grands, vus par nos journalistes cette semaine. Inscrivez-vous, c'est gratuit.


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel. Les envois débuteront le 5 septembre 2019.