Cinéma - Wong Kar Wai, président du jury de Cannes

Wong Kar Wai lors du Festival de Cannes en 2004.
Photo: Agence Reuters Wong Kar Wai lors du Festival de Cannes en 2004.

C'est le grand cinéaste chinois Wong Kar Wai qui présidera le jury du Festival de Cannes en 2006. Né à Shanghai mais ayant fait sa carrière à Hong Kong, il sera le premier président chinois du rendez-vous français. Le Festival de Cannes fait depuis une dizaine d'années la part belle (avec raison) au cinéma asiatique, si novateur.

Wong Kar Wai est un des cinéastes les plus exigeants et les plus méticuleux du monde. Ses tournages interminables sont passés à la légende. Il avait ébloui le monde cinéphilique avec In the Mood for Love en 2000, son oeuvre la plus populaire à ce jour. Tout dans ce film lancinant — les robes que portait l'actrice Maggie Cheung, la musique, le pas de deux amoureux rempli de mystère — portait la griffe du chef-d'oeuvre. Le film avait valu à l'acteur principal, Tony Chiu-Wai Leung, le prix d'interprétation masculine cannois. Quatre ans plus tard, une suite lui était apportée à travers 2046, d'abord présenté à Cannes en compétition puis entièrement remonté pour sa sortie commerciale.

Le cinéaste avait déjà une imposante feuille de route derrière lui avant In the Mood for Love. Épris du cinéma d'Ozu et de Cassavetes, d'abord confiné à la télévision, il réalisa son premier long métrage en 1988, As Tears Go By, qui sera retenu à Cannes à la Semaine de la critique. Après Nos années sauvages et Les Cendres du temps (sur les arts martiaux), il avait conquis les cinéphiles en 1994 avec Chunking Express, chassé-croisé amoureux à Hong Kong la nuit. Happy Together, balade de deux homosexuels de Hong Kong vivant en Argentine, récolta en 1997 le prix de la mise en scène à Cannes. Apportant un soin maniaque à l'aspect visuel, Wong Kar Wai a travaillé presque toute sa carrière avec le directeur photo australien Christopher Doyle.

Wong Kar Wai s'est déclaré honoré. «Chaque ville possède son langage, a-t-il dit en acceptant la présidence. À Cannes, c'est celui des rêves. Il est difficile de juger un rêve, plus encore de le comparer à un autre. Il existe un vieux proverbe chinois qui dit: "On ne peut jamais prédire d'où vient le vent, mais on devrait toujours laisser ouvertes ses fenêtres."»

Le 59e Festival de Cannes se déroulera du 17 au 28 mai prochain.

LE COURRIER DES ÉCRANS

Le courrier des écrans. Le meilleur et le pire des écrans, petits et grands, vus par nos journalistes cette semaine. Inscrivez-vous, c'est gratuit.


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel. Les envois débuteront le 5 septembre 2019.