La Marche de l'empereur sur les pas d'Amélie Poulain

Los Angeles — Le documentaire La Marche de l'empereur est devenu ce week-end le deuxième film français de l'histoire en ce qui a trait aux recettes aux États-Unis et au Canada, succès-surprise au milieu d'un été morose pour la fréquentation des salles nord-américaines.

Le long-métrage de Luc Jacquet a rapporté 6,7 millions de dollars de recettes entre vendredi et dimanche dans les salles nord-américaines, se plaçant à la septième place du box-office, selon les chiffres provisoires publiés par la société spécialisée Exhibitor Relations, basée près de Los Angeles.

Les recettes cumulées du film depuis sa sortie le 24 juin atteignent 37 millions de dollars, dépassant Le Fabuleux Destin d'Amélie Poulain, qui avait réalisé 34 millions de recettes en 2001-2002, mais encore loin du Cinquième Élément de Luc Besson (66 millions en 1997), tourné toutefois en anglais.

Les chiffres définitifs, qui devaient être connus plus tard hier, ne devraient pas remettre en question ce classement.

La semaine dernière, La Marche de l'empereur, qui raconte la lutte pour la perpétuation de l'espèce des manchots empereur dans les solitudes glacées de l'Antarctique, était déjà devenu le deuxième documentaire le plus vu en salles aux États-Unis, derrière Fahrenheit 9/11, le brûlot anti-Bush de Michael Moore, mais devant son Bowling for Columbine.

Distribué aux États-Unis par Warner Independent Pictures (WIP), une subdivision de la compagnie Warner Bros., le film, March of Penguins en version anglaise, y est sorti d'abord dans seulement quatre salles.

Précédé par une excellente critique, il a réalisé plus de 34 000 dollars de recettes par salle lors des trois premiers jours de son exploitation, soit cinq fois plus que le numéro un du box-office de l'époque, Batman Begins.

WIP avait misé sur le bouche à oreille plus que sur la publicité, augmentant peu à peu le nombre d'écrans au cours de l'été, et ce sont désormais pas moins de 2063 salles qui projettent le film aux États-Unis et au Canada.

«Luc Jacquet est très heureux, il savait que ce film avait un potentiel, mais il ne s'attendait absolument pas à un tel succès et il est sur un nuage», a déclaré à l'AFP Jean-François Camilleri, responsable de Gaumont Buena vista international, distributeur du film en France et coproducteur.

Le succès de La Marche de l'empereur est d'autant plus significatif qu'il se produit alors que la fréquentation des salles nord-américaines connaît sa pire crise depuis 20 ans.

WIP, qui avait racheté avec National Geographic Films les droits de La Marche de l'empereur au festival de Sundance à Park City en janvier dernier pour un million de dollars, a toutefois légèrement adapté le film au goût du public américain, en changeant la bande sonore et la narration.

Dans la version originale, les acteurs français Charles Berling et Romane Bohringer prêtaient leurs voix au couple de manchots. Dans la version anglaise, c'est le comédien Morgan Freeman qui commente l'histoire en voix off.

«Les Américains ont été très malins, ils savaient que leur public n'était pas prêt à voir un docu-fiction, et ils ont modifié la narration pour que le film se rapproche plus d'un documentaire», a commenté M. Camilleri.

Sorti en France le 26 janvier, La Marche de l'empereur y a attiré plus de 1,8 million de spectateurs. Selon M. Camilleri, quelque 100 000 DVD du film ont été mis en vente sur le marché français lors de sa sortie la semaine dernière. Le coproducteur rêve déjà d'une nomination aux Oscars pour le documentaire, qui pourrait au total rapporter «plus de 100 millions de dollars», selon lui.