Festivals de cinéma - FFA contre FIFM

«Never a dull moment», comme disait l'autre. La paix était à peine revenue dans la métropole après l'annonce, vendredi dernier, du changement de dates du Festival international de films de Montréal (FIFM) pour cesser ainsi de marcher sur les pieds du Festival du nouveau cinéma (FNC) qu'un autre joueur criait au chevauchement.

À Halifax, le Festival du film de l'Atlantique (FFA) célébrera son 25e anniversaire du 15 au 24 septembre. En même temps ou presque que le FIFM qui, lui, roulera à Montréal du 18 au 25 septembre. Gregor Ash, le directeur administratif du FFA, a qualifié mardi en conférence de presse la situation d'inacceptable. «Le manque de consultation entre les intervenants majeurs du milieu cinématographique canadien nous déçoit et soulève de nombreuses questions», a-t-il affirmé. Les dirigeants du Festival du film de l'Atlantique estiment que ce chevauchement de dates aura un impact sur les copies de films, la couverture de presse, la présence des invités spéciaux et le soutien des commanditaires.

Téléfilm Canada, qui appuie les deux festivals, a émis hier un communiqué en disant regretter la situation, espérer réduire les effets négatifs sur le FFA et collaborer en ce sens.

Du côté du FIFM, on précise qu'il est désormais impossible de procéder à un nouveau changement de dates.

«C'est seulement cette année que notre festival se déroulera en septembre», rappelait la directrice des communications du FIFM, Myriam Achard. «L'an prochain, nous nous serons écartés du chemin. Nous sommes en contact avec le Festival du film de l'Atlantique afin de collaborer avec lui, par exemple partager des frais de transport de copies. On souhaite trouver une solution qui conviendra aux deux rendez-vous.»

Reste que le chevauchement entre un festival à Montréal et un autre à Halifax a moins d'inconvénients que la tenue de deux rendez-vous de films montréalais en même temps. Question de territoire...

LE COURRIER DES ÉCRANS

Le meilleur et le pire des écrans, petits et grands, vus par nos journalistes cette semaine. Inscrivez-vous, c'est gratuit.


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel. Les envois débuteront le 5 septembre 2019.