Cinéma - Festival de Cannes: les listes officieuses circulent

Le Festival de Cannes arrive à grands pas et, dès le 11 mai, la 58e édition ouvrira le bal. Les supputations vont bon train. Quels films sont susceptibles d'atterrir sur la Croisette? Les rumeurs courent, les listes officieuses circulent. En ouverture ou en clôture, peut-être l'Épisode 3 de Star Wars de George Lucas, ou le dernier Woody Allen, Matchpoint, avec Scarlett Johansson.

Le jury présidé par Emir Kusturica, deux fois palmé d'or, aura sans doute affaire à forte partie.

Bien sûr, il y a les abonnés, c'est-à-dire ceux dont à peu près tous les films atterrissent en compétition, des cinéastes de premier plan, il est vrai... En compétition ou non, certains films sont très «cannables».

On attend la venue du Canadien David Cronenberg. On dit que son A History of Violence est une production grand public comme le furent Dead Zone et The Fly. Mais Atom Egoyan avec Where the Truth Lies (qui ne sera peut-être pas prêt à temps) pourrait talonner son compatriote.

Comment imaginer Cannes sans la suite de Dogville? Le Danois Lars von Trier reviendra certainement avec Manderlay, dans lequel Bryce Dallas Howard reprend le rôle de Grace des mains de Nicole Kidman. L'Autrichien Michael Haneke, sous les couleurs de la France, présenterait Hidden. D'Inde, on attend River Moon de Deepa Mehta. D'Italie, Quo Vadis Baby de Gabriele Salvatore.

De France, plusieurs gros joueurs pointent à l'horizon: François Ozon dans Le temps qui reste raconte une histoire de vie condamnée. Ses interprètes: Valeria Bruni-Tedeschi, Jeanne Moreau, Melvil Poupaud. On attend Patrice Chéreau avec Gabrielle, une adaptation d'une nouvelle de Joseph Conrad The Return avec Isabelle Huppert. À surveiller: Bertrand Blier avec Combien tu m'aimes, dans lequel Gérard Depardieu incarne un maquereau et Monica Bellucci, une prostituée. Cédric Klapisch, dans Les Poupées russes, dirige Romain Duris, Cécile de France, Audrey Tautou, etc. Bruno Podalydès a adapté Le Parfum de la dame en noir du classique de Georges Leroux. Dominic Moll, le réalisateur d'Harry, un ami qui vous veut du bien, pourrait revenir avec Lemming (Laurent Lucas, Charlotte Rampling, André Dussollier). Une animation française Kirikou et les bêtes sauvages de Michel Ocelot, à la suite de son très populaire Kirikou et la sorcière devrait être hors concours.

Autres sérieux aspirants: le Chinois Zhang Yimou avec Riding Alone for Thousands Miles, le Coréen Hong Sang-Soo avec Un conte de cinéma, le Britannique Terry Gilliam avec Tideland, l'Iranien Mohsen Makhmalbaf avec Sexe et philosophie, le dernier Jim Jarmusch (encore innommé). Sin City de Robert Rodriguez, Last Days de Gus Van Sant, Don't Come Knocking de Wim Wenders. Le Taïwanais Hou Hsiao Hsien, si son film est prêt à temps, accompagnerait son The Best of Our Times, histoires d'amour à trois époques différentes.

De Belgique, les frères Dardenne (palme d'or avec Rosetta) pourraient revenir avec L'Enfant, mettant en scène Jeremie Renier. Danis Tanovic réalisateur du remarquable No Man's Land reviendrait avec L'Enfer, sur un scénario du défunt Kieslowski et une brochette de stars devant la caméra: Emmanuelle Béart, Karin Viard, Jean Rochefort, Carole Bouquet.

Sans compter les autres. À l'horizon: un cru faste.

LE COURRIER DES ÉCRANS

Le courrier des écrans. Le meilleur et le pire des écrans, petits et grands, vus par nos journalistes cette semaine. Inscrivez-vous, c'est gratuit.


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel. Les envois débuteront le 5 septembre 2019.