L’ancien dirigeant des Films Séville retrouve son catalogue

Patrick Roy
Photo: Valérian Mazataud Le Devoir Patrick Roy

Quatre mois après que Les Films Séville eurent, du jour au lendemain, mis fin pratiquement à leurs activités au Québec, l’ancien dirigeant de l’entreprise reprend le contrôle en partie de l’important catalogue de films québécois. La nouvelle société de Patrick Roy, Immina Films, assurera donc la « sous-distribution » des films de Séville au Québec, sans aller jusqu’à les racheter. De quoi rassurer à moitié le milieu du cinéma, qui craignait que les Américains mettent la main sur les droits des principaux films québécois à succès.

C’est que Les Films Séville appartiennent depuis 2007 à la société torontoise Entertainement One, qui a été à son tour rachetée par le géant américain Hasbro en 2019. Ainsi, en annonçant la fin de ses activités de distribution au Québec et le licenciement d’une bonne partie des employés de son bureau montréalais, Les Films Séville avaient suscité un vent de panique dans l’industrie locale du cinéma en juin dernier. Plusieurs voyaient d’un mauvais oeil que les Américains d’Hasbro héritent de la tâche de faire rayonner des films comme Incendies, Mommy, La grande séduction ou encore Bon Cop, Bad Cop.

Or, la loi québécoise précise que les films doivent être distribués par une entreprise québécoise. « Séville continue d’exister, il y a encore des employés à Montréal. La compagnie demeure québécoise et elle se conforme donc aux règles du Québec sur les distributeurs. Elle aurait très bien pu continuer d’assurer la distribution des films américains, mais elle a préféré nous faire confiance », se réjouit Patrick Roy, qui a quitté Les Films Séville et Entertainement One en juin, avant d’annoncer deux mois plus tard qu’il lançait sa propre compagnie de distribution.

La nouvelle compagnie, qui s’appellera Immina Films, est arrivée à une entente d’exclusivité avec Entertainement One afin d’exploiter au Québec les films étrangers qui sont toujours la propriété de Séville. Pour ce qui est du catalogue québécois, Immina Films aura la tâche d’en assurer « la sous-distribution » dans tout le Canada. À la fin août, il avait été précisé dans la presse que la nouvelle entreprise de Patrick Roy ne s’était engagée à assumer que les contrats à venir des Films Séville, comme la sortie en salle du film 23 décembre, de Myriam Bouchard.

Aides publiques

 

Le Regroupement des distributeurs indépendants de films du Québec (RDIFQ) se réjouit que Patrick Roy ait finalement conclu une entente pour l’ensemble du catalogue des Films Séville. « Avec le départ de Patrick Roy de Séville, on ne voyait pas comment cette compagnie était encore québécoise. On craignait qu’elle réussisse à s’échapper à la loi. […] Cette entente règle donc le problème à court terme, mais il n’est pas dit que dans 5-10 ans, Séville ne sera pas racheté par des Chinois et que tout soit à recommencer », tempère la présidente du RDIFQ, Chantale Pagé.

À la suite d’une rencontre il y a quelques semaines avec des représentants du ministère de la Culture, Mme Pagé a maintenant la conviction du bien-fondé de l’aide publique accordée à Patrick Roy pour qu’il mette sur pied sa nouvelle société. Elle avait pourtant émis de sérieux bémols à la fin août. En plus d’un coup de pouce de la SODEC, le distributeur a pu compter sur une contribution financière sous forme d’actions privilégiées de 1,25 million de dollars de la part d’Investissement Québec, qui a également consenti à un prêt de 1,5 million.

Cette entente règle donc le problème à court terme, mais il n’est pas dit que dans 5-10 ans, Séville ne sera pas racheté par des Chinois et que tout soit à recommencer

 

Questionné de nouveau à ce sujet lundi, Patrick Roy a vertement nié avoir orchestré la fin des Films Séville pour créer sa propre société et profiter d’aides publiques. « Ce n’est pas moi qui ai pris la décision de mettre fin au volet de la distribution chez Séville. C’est une décision avec laquelle j’ai dû vivre. J’aurais pu aller faire autre chose, j’aurais pu aller travailler pour un autre distributeur, mais j’ai choisi de monter ma propre boîte, ne sachant pas si j’allais pouvoir y arriver », explique le dirigeant d’Immina Films.

Immina Films ressemblera à ce qu’étaient les Films Séville avant cet été. Non seulement la nouvelle entité administrera le même catalogue, mais plusieurs anciens de Séville y travailleront également. Patrick Roy a en effet fait savoir lundi qu’il sera entouré de Marie-Hélène Lamarche, Xavier Trudel et Nancy Giroux, tous précédemment des Films Séville.

À voir en vidéo