À voir à la télévision le mardi 28 décembre - Un cauchemar de banlieue

Un château comme on en trouve dans les romans de Bram Stoker et de Mary Shelley, un acteur mythique (Vincent Price) du cinéma d'horreur jouant au docteur Frankenstein... et une madame Avon (suave Dianne Wiest) qui ne recule devant rien pour recruter de nouveaux clients: pas de doute, nous sommes bien dans un film de Tim Burton.

Après avoir transformé Michael Keaton en justicier à la cape noire et tenté de contenir le cabotinage de Jack Nicholson en Joker dans Batman (1989), Tim Burton a poursuivi dans une veine tout aussi gothique, mais loin du tintamarre des grands studios, avec les aventures tragi-comiques de cet Edward aux mains d'argent.

Dominant une banlieue au conformisme aussi éclatant que les couleurs des maisons, le château où habite Edward (Johnny Depp, formidable et méconnaissable) est encore plus lugubre depuis la mort de celui qui a mis au monde ce monstre dont il ne restait qu'à poser les mains. Son créateur l'a laissé inachevé, avec de gigantesques paires de ciseaux, mais la bonté de la vendeuse intrépide va le sauver temporairement de son isolement. Auprès de ses voisines, et surtout de sa fille Kim (Winona Ryder), Edward va séduire tout le monde avec ses doigts de fée pour les coupes de cheveux excentriques ou encore le taillage des arbustes. Mais la différence est toujours bien commode lorsqu'elle n'est pas trop dérangeante. Voyant que le curieux personnage obtient un certain succès dans l'entourage, des esprits chagrins vont s'occuper de le renvoyer dans ses sombres quartiers. Une superbe fable sur la tolérance enrobée de la musique d'un fidèle collaborateur de Burton, Danny Elfman, s'inspirant, et ce n'est pas un hasard, de Tchaïkovski et de son célèbre Casse-Noisette.

Edward aux mains d'argent

Télé-Québec, 21h