«Les belles-soeurs» au cinéma

Au début des années 2010, René Richard Cyr avait connu un grand succès en adaptant Les belles-soeurs en comédie musicale, avec l’aide de Daniel Bélanger.
Photo: Valérie Remise Au début des années 2010, René Richard Cyr avait connu un grand succès en adaptant Les belles-soeurs en comédie musicale, avec l’aide de Daniel Bélanger.

Œuvre phare de Michel Tremblay, la mythique pièce de théâtre Les belles-sœurs sera adaptée au cinéma par René Richard Cyr, qui réalisera son premier long-métrage.

Depuis sa première mouture en 1968 au théâtre du Rideau vert, la pièce de Michel Tremblay a connu plusieurs incarnations sur les planches, au Québec comme ailleurs. Au début des années 2010, le même René Richard Cyr avait connu un grand succès en transformant Les belles-sœurs en comédie musicale, avec l’aide de Daniel Bélanger. C’est cette version qui sera portée au grand écran.

« L’idée, ce n’est pas de se prendre pour Broadway, mais oui, on a l’ambition de faire quelque chose avec de gros moyens, avec une réalisation audacieuse. Ce que je peux dire, c’est qu’on n’a peu vu de projets de cette nature-là au Québec », a laissé savoir René Richard Cyr, en entrevue au Devoir.

Le comédien et metteur en scène travaille sur un scénario pour le cinéma depuis trois ans. Avec la bénédiction de Michel Tremblay, il dit avoir pris plusieurs libertés par rapport à la pièce d’origine. Des personnages ont été créés, d’autres enlevés. Certaines répliques ont été modifiées. Mais René Richard Cyr reste globalement fidèle au scénario d’origine, campé dans le Québec ouvrier des années 60.

Plus de 50 ans après avoir fait scandale à sa sortie, Les belles-sœurs demeurent toujours pertinentes, René Richard Cyr en est convaincu . « Le propos n’est pas actuel, il est éternel. C’est une œuvre fondatrice de la culture québécoise et tant mieux si on peut en faire une version encore plus moderne. Ce n’est pas vrai que tout le monde a déjà vu Les belles-sœurs. Quand on a fait la comédie musicale il y a 10 ans, il y avait encore des gens dans la salle qui étaient surpris en découvrant que les timbres avaient été volés », relate celui qui a déjà certaines actrices en tête pour l’adaptation cinématographique.

Il n’a pas voulu s’avancer cependant sur la date du début du tournage, encore moins sur le moment de la sortie en salle.

Neuf projets soutenus

 

Présenté comme un « drame musical », genre très peu exploité dans le cinéma québécois, le film Les belles-sœurs fait partie des neuf projets retenus jeudi par la Société de développement des entreprises culturelles (SODEC) dans le cadre de son programme d’aide à la production.

Parmi les autres films qui seront soutenus financièrement par la société d’État, on trouve également une relecture de Bach et Bottine, l’un des classiques de la série jeunesse des Contes pour tous.

Le nouveau film d’André Forcier a aussi reçu jeudi l’aval de la SODEC, idem pour le second long-métrage de la réalisatrice Lyne Charlebois, qui renoue avec le septième art, 14 ans après le succès de Borderline.

À voir en vidéo