D’autres femmes en compétition à Cannes

La Française Léonor Serraille, lauréate de la Caméra d’or en 2017 pour «Jeune femme»
Photo: Loic Venance Agence France-Presse La Française Léonor Serraille, lauréate de la Caméra d’or en 2017 pour «Jeune femme»

Alors qu’on trouvait très mince la part des femmes cinéastes dans la course à la Palme d’or du 75e Festival de Cannes, réduite jusqu’ici à l’Américaine Reichardt (Showing Up), à la Franco-Italienne Valeria Bruni Tedeschi (Les amandiers) et à la Française Claire Denis (Stars at Noon), l’équipe de sélection a rajouté deux noms à cette liste jeudi.

Tout d’abord, celui de la Française Léonor Serraille, lauréate de la Caméra d’or en 2017 pour Jeune femme. La voici en compétition avec Un petit frère, qui traite de l’arrivée en France d’une Africaine avec ses deux fils à la fin des années 1980.

Ensuite, celui de la Belge Charlotte Vandermeersch, qui coréalise avec Felix Van Groeningen Le otto montagne, une production France-Belgique adaptée du roman de Paolo Cognetti (prix Médicis 2017), histoire de famille, d’amitié et d’amour des montagnes. Il s’agit du troisième film belge en compétition cette année, avec Tori et Lokita, des frères Dardenne, et Close, de Lukas Dhont.

Tourment sur les îles, œuvre de l’Espagnol Albert Serra sur fond de littérature et d’émois amoureux (avec Benoît Magimel et Sergi López), s’ajoute également au menu de la course. Le cinéaste avait réalisé en 2016 le très remarqué La mort de Louis XIV.

Par contre, c’est à l’enseigne de Cannes Première que seront projetés trois nouveaux films français : Chronique d’une liaison passagère, d’Emmanuel Mouret ; La nuit du 12, de Dominik Moll ; et Don Juan, de Serge Bozon.

À voir en vidéo