À voir à la télévision le dimanche 5 décembre - Ce bon vieux Clint

De comédien-vedette à réalisateur célébré, Clint Eastwood est maintenant devenu une véritable institution aux États-Unis. Issu d'une famille ouvrière, il a suivi quelques cours dramatiques sans trop y croire. Passionné de musique, il a appris le piano «à l'oreille» quand il était jeune et a fréquenté le jazz toute sa vie. Il connaît une gloire soudaine dans les années 60 avec trois westerns de Sergio Leone.

Après avoir marqué le western, il devient une star du polar avec son personnage de Dirty Harry. Mégastar du box-office, son image de dur au cinéma a d'abord jeté un peu d'ombre sur sa carrière de réalisateur, jusqu'à ce qu'il s'affirme avec de grands films comme Bird, Unforgiven, Bridges of Madison County et Mystic River.

L'Actors Studio ne pouvait faire autrement que de lui consacrer deux émissions (suite la semaine prochaine). On y découvre un Clint Eastwood détendu et plein d'humour, et les anciens fans de Dirty Harry seront peut-être surpris de voir le comédien discuter en détail des théories théâtrales de Stanilavski.

Décrivant son style de jeu laconique dans les westerns, il explique que plus il avait à parler, «plus la force du personnage se dissipait». Mais il ne s'agit pas d'une simple coquetterie de jeu: plus profondément, Clint Eastwood croit que «le plus important dans le jeu, c'est d'écouter, et l'art de l'écoute devrait s'enseigner mieux».

Les détails techniques sur les tournages alternent avec des commentaires généraux sur le monde du cinéma. L'entrevue passe très vite, et on ne peut qu'approuver un homme qui conclut, la semaine prochaine, en disant «qu'il faut prendre le travail au sérieux, mais pas se prendre au sérieux».

L'Actors Studio: Clint Eastwood

Artv, 20h

À voir en vidéo